Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

ANR : satisfécit des organisateurs, après la phase communale

Les assises nationales de la refondation continuent d’alimenter les débats au Mali. Le cadre d’échange des partis politiques et regroupements de partis voit en ces assises une manière de prolonger la durée de la transition. Mais les autorités affirment que cette question ne figure dans aucune des thématiques de ces assises.

 

Au ministère de la refondation de l’état, on soutient que ces assises sont une réponse à la mauvaise gouvernance qui a existé dans le pays depuis des années. Pour Sidy Oumar Cissé représentant du ministère de la refondation sur le plateau du grand dialogue de Studio Tamani, aucune thématique de ces assises ne fait mention du délai ou de la prorogation de la transition. « C’est l’ensemble des forces vives de notre pays, tous les partis politiques, la société civile et les légitimités traditionnelles qui ont défini qui devait participer à ces assises là », affirme-t-il. Avant d’ajouter que « les participants sont libres de dire ce qu’ils veulent même si ceci n’est pas mentionné dans les thématiques ». M.Cissé précise que « les 13 thématiques qui sont dans les termes de références ne parlent pas de la durée de la transition encore moins de la prorogation de la transition ».

Pourtant, Sékou Niamey Bathily également invité du grnad dialogue, prête aux autorités l’intention de prolonger la transition à travers ses rencontres. Le chargé de communication du cadre d’échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie déplore la méthode d’organisation de ces consultations. « Les termes de référence n’ont certainement pas parlé du délai mais le Premier ministre a dit officiellement que le délai de la transition dépend des assises nationales. Donc le décor est déjà planté pour que les participants évoquent le sujet dans les débats. C’est l’objectif », insiste-t-il .

Le gouvernement a annoncé que les recommandations issues de ces assises seront exécutoires. Une décision à laquelle s’oppose Adam Dicko, directrice exécutive de l’AJCAD (l’association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie), membre de la mission d’observation électorale au Mali, Selon elle, les résolutions des assises nationales ne devront pas être imposées aux futures autorités du pays.
Notons que la phase communale a pris fin le 12 décembre et l’étape de cercles est prévue du 15 au 16 décembre 2021.

La commission d’organisation des Assises estime que les travaux se sont bien déroulés sur l’ensemble des communes du Mali. Selon la commission, les travaux ont eu lieu dans 649 communes sur 670 identifiées. Ses responsables rassurent que des dispositions ont été prises pour les communes qui ont accusé du retard ou dans lesquelles ces concertations ont été empêchées.

Source : STUDIO TAMANI 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct