Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Amadou Dramé, enseignant à la retraite* : ‘’Ne mettons pas l’huile sur un feu qui n’existe pas !’’

La polémique sur les propos attribués à l’Honorable Aliou Diallo prend une tournure injuste. L’homme est loin du procès qu’on lui fait. Remettons les choses dans leur contexte. Ce qui est imputé à Aliou Diallo sont les propos suivants : « Franchement je pense que, vu le contexte social et cette violente crise au centre, avoir aujourd’hui un Premier ministre peulh et un Président de l’Assemblée nationale dogon peut participer à la cohésion sociale et au retour de la paix. » Plus tard, dans une autre interview, il ajoute : « Le hasard a voulu qu’il en soit ainsi comme pour dire que nous sommes tous les mêmes, fils et filles du Mali. Rien ne vaut la paix !  »

Symboles unificateurs et apaisants

Le Président Diallo a tenu ces propos querellés aujourd’hui après l’élection de l’Honorable Moussa Timbiné comme Président de l’Assemblée. Il faisait simplement le constat d’un fait que personne ne peut nier. L’Honorable Timbiné et le Premier ministre Boubou Cissé sont bel et bien dogon et peulh. Ils vont travailler ensemble, main dans la main, en fils de la nation malienne. Qu’y a-t-il de mal à trouver quelque chose de positif à tirer d’une réalité politique et institutionnelle ? Qu’y a-t-il à chercher à faire ressortir des symboles unificateurs et apaisants ? Il n’y avait et n’y a absolument aucune autre arrière-pensée. Ne mettons pas l’huile sur un feu qui n’existe pas. Ces propos n’ont rien de méchant.

Nous avons la chance d’avoir un homme de sa trempe à l’Assemblée, attendons de voir et même les plus sceptiques seront convaincus.

Vive Aliou Boubacar Diallo !

*Président du Comité 11 « Ko Koura » de Kita

Le Challenger

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct