Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Alpha, Att, Dioncounda : les grands absents

Alpha Oumar Konaré, premier président démocratiquement élu (1992-2002) son successeur Amadou Toumani Touré (2002-2012) et Dioncounda Traoré, président de la transition instaurée après le coup d’Etat militaire du 22 mars 2012 qui a renversé ATT ont été assurément les grands absents de la cérémonie de début de mandat du président Ibrahim Boubacar Kéitapresident alpha oumar konare republique mali ua commission

En réunissant à cette occasion une vingtaine de chefs d’Etat d’Afrique et de la France et autant de personnalités de haut rang représentant des organisations africaines et internationales, le Mali a prouvé l’intérêt qu’il peut susciter de par le monde. Cet intérêt aurait été plus grand si ces anciens présidents qui n’ont pas démérité se trouvaient aux côtés de l’actuel pour partager ce jour magnifique dédié à la démocratie malie

Autre absent : le général Ould Abdelaziz de la Mauritanie

Le général président Mohamed Ould Abdelaziz a été un autre absent très remarqué de cette cérémonie. Pays du champ, la Mauritanie n’a pas envoyé de troupes, à l’instar de la CEDEAO, de la France et du Tchad, pour combattre les jihadistes et autres narcotrafiquants qui avaient occupé le nord du Mal

Concernant le MNLA, Nouakchott était même devenue l’un de ses QG opérationnels comme Alger.

Autant de raisons qui peuvent expliquer la gêne du général Abdelaziz à se trouver au milieu de ses pairs ayant apporté un soutien militaire et ou diplomatique au Mali. Sans lequel cette belle fête de la démocratie n’aurait sûrement pas eu lie

A quand une cité  des hôtes à Bamako ?

 La question revient invariablement chaque fois qu’un événement important doit se tenir à Bamako. Où héberger les chefs d’Etat et autres VIP qui doivent y participer ? C’était déjà le cas lors du Sommet Afrique -France tenu il y a quelques années. Lorsque le président Jacques Chirac et la délégation française se sont installés à l’hôtel Salam, on ne savait plus où loger les autres chefs d’Etat, faute de suites présidentielles dignes de ce nom dans les autres établissements hôteliers

La capitale compte bien une quarantaine d’hôtels mais ils ne sont pas à niveau pour le type d’événement qu’on a vécu hier. Sans compter que la plupart de ces hôtels sont situés dans les quartiers insalubres, où les voies d’accès sont impraticables surtout en période d’hivernage.

Vivement donc que IBK, s’il veut faire de Bamako une capitale des grandes rencontres internationales comme Dakar ou Abidjan, encourage la construction d’hôtels de standing international. Ou, si l’économie malienne ne fournit pas assez d’attrait pour cela, qu’il fasse construire aux frais de la République une Cité des Hôtes. Comme il en existe dans maintes capitales pas mieux loties que Bamako.

Pas d’ambigüité française sur Kidal

 » Kidal fait partie du Mali « . Cette phrase, le président Fançois Hollande l’a répétée aussi bien dans l’allocution qu’il a prononcée au stade du 26 Mars que lors de la conférence de presse qu’il a co-animée avec les présidents Idriss Déby Itno et Ibrahim Boubacar Kéita.

Il a rappelé deux promesses tenues par la France quand on la soupçonnait de frayer avec le MNLA : l’assurance que l’armée malienne entrera dans Kidal et la tenue de la présidentielle dans cette région.

Voilà qui devrait rassurer les sceptiques quant à la sincérité de l’engagement de la France aux côtés du Mali.

Rassemblés par Saouti HAIDARA et Clarisse NJIKAM

SOURCE: L’Indépendant

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct