Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Affaire dite Birama Touré : Rebondissement ou distraction ?

Après plusieurs mois d’enquêtes, l’instrumentalisation à des fins politiques et de manipulation s’est avérée une triste réalité.

En effet, après avoir, à travers son carnet à mensonges et les autres officines d’enfumages, orienté les enquêtes sur l’honorable Karim Keita et l’ancien patron de la Sécurité d’État, l’ex patron de Birama qui lui doit des arriérées de salaires impayés se retrouve confondu par les faits.

Les supposés soi-disant témoins cités dans l’affaire qui auraient séjourné dans les locaux des services de renseignement avec ledit disparu se sont tous rétractés après avoir été écoutés par la justice. Le mensonge a été éventré. Le principal témoin, le capitaine Mamadou Allassane Maïga a éclairement démenti devant le juge d’instruction avoir vu Birama Touré dans les cellules de la SE; il a d’ailleurs affirmé que toute cette histoire était une manipulation et un montage grossier de cet ex patron et de ses complices pour déstabiliser l’ancien régime d’IBK. N’oublions pas que ce monsieur a poussé l’outrecuidance jusqu’à aller insinuer que feu Soumaila Cisse serait retenu à Sebenicoro dans un bunker avant que les faits ne le renvoient à sa petite personne.

Aujourd’hui après l’émission du mandat d’arrêt international contre l’honorable Karim Keita et la mise sous mandat de dépôt du Général Moussa Diawara, la justice malienne s’est rendue compte de la honteuse machination de cette affaire orchestrée par Adama Dramé et l’ex inspecteur de police Papa Mamby Keita qui sont tous des réfugiés volontaires en France.

Le premier a fui le Mali lorsqu’il a été convoqué par le procureur d’alors M.Dramane Diarra de la commune 4 au tout début de l’affaire car il avait constaté que l’ex patron de Birama Touré avait un mobile sérieux d’agir contre son ancien employé, il lui devait la coquette somme de trois millions(3) de fcfa de salaires impayés. Et c’est le même qui avait annoncé dans une parution ladite disparition or M. Touré ne travaillait plus pour lui depuis des mois et n’avait plus de contact direct avec lui sauf quand il venait réclamer son dû aux fins d’organiser son mariage.

Après la chute du régime, les Maliens espéraient que l’homme et ses complices allaient rentrer pour édifier la justice afin de l’aider à la manifestation de la vérité.

Hélas ! Nos justiciers autoproclamés ont refusé et Adama Dramé a même fait venir sa famille (femme et enfants) en France il y a juste deux (2) mois sous la protection de l’Office Français des Réfugiés et Apatrides. Quant à son complice l’épervier du Mandé, l’un des plus grands ripoux de la police nationale, ce dernier préfère faire le vigile en rasant les murs à Paris au lieu de venir profiter de son immense richesse amassée au cours de ses années de services avec les grands malfrats de la capitale.

Selon les informations reçues, la justice malienne s’apprêterait à lancer des mandats d’arrêts internationaux contre Adama Dramé et ses complices afin de faire avancer le dossier car les dénonciateurs sont devenus les premiers suspects aux yeux des enquêteurs.

Paniqués, nos justiciers veulent reprendre du service à travers RFI et son journal le Sphinx pour mettre le maximum de pression sur la justice malienne. Ils oublient que le temps, le meilleur juge a fait son travail.

Affaire à suivre.

Bouna Dicko, Observateur indépendant
Source : Bamakoville

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct