Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Tripoli souhaite davantage de coopération avec Washington

Le gouvernement libyen d’union nationale (GNA) a appelé à « une plus ample coopération » avec les Etats-Unis lors d’une rencontre jeudi à Tripoli avec le chef du commandement américain pour l’Afrique (Africom) et une diplomate américaine.

Selon un communiqué, le chef du GNA Fayez al-Sarraj « s’est félicité de l’appui d’Africom à la garde présidentielle, aux gardes-côtes et aux dispositifs du ministère de l’Intérieur (…) » mais a « appelé à élargir les domaines de coopération à l’économie et au développement », lors d’une rencontre organisée sur la base navale de Tripoli.

L’ambassade américaine en Libye, basée à Tunis, a précisé dans un communiqué que les Etats-Unis avaient « augmenté (son) appui à la Libye pour améliorer la sécurité des aéroports et des frontières, le maintien de l’ordre, la gestion des prisons et les capacités de déminage ».

Selon la chargée d’affaires par intérim Stephanie Williams, les Etats-Unis ont dépensé 635 millions de dollars (environ 530 M EUR) pour soutenir la Libye après la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Depuis, ce pays riche en pétrole est plongé dans le chaos et ses côtes sont notamment devenues un tremplin vers l’Europe pour nombre de migrants africains, malgré les risques encourus.

Deux camps se disputent en outre le pouvoir en Libye, le GNA à Tripoli et une autorité parallèle basée dans l’est soutenue par le maréchal Khalifa Haftar, pendant qu’une myriade de milices armées, qui changent d’allégeance selon leurs intérêts, et des jihadistes, dont ceux du groupe Etat islamique (EI), font régner un climat d’insécurité chronique.

Au sujet de la rencontre mardi à Paris des quatre principaux protagonistes de la crise libyenne, dont M. Sarraj, Mme Williams a estimé, en ligne avec les résultats de cette réunion, « que des élections devraient être organisées le plus vite possible » et a réitéré son soutien à l’envoyé spécial des Nations unies, Ghassan Salamé.

La diplomate américaine a toutefois souligné que ces élections devaient être « bien préparées pour éviter encore plus de déstabilisation ». « La seule solution permanente pour la Libye est la sortie de l’impasse politique », a-t-elle dit.

Sur le plan militaire, le général Thomas Waldhauser, commandant d’Africom, a indiqué que « la traque des terroristes (en Libye) se poursuivait », selon le communiqué du GNA.

« Les forces d’Africom interceptent et poursuivent les rassemblements de ces terroristes qu’elles ciblent en coordination totale avec le GNA », a ajouté le général selon ce communiqué.

De son côté, M. Sarraj s’est félicité de l’appui militaire américain « pour venir à bout des groupes terroristes et extrémistes dans le cadre d’un partenariat stratégique ».

L’EI avait profité du chaos libyen pour s’implanter à Syrte en 2015 mais en avait été chassé fin 2016 par des forces pro-GNA soutenues par l’armée américaine.

Des jihadistes se sont toutefois repliés vers le sud désertique libyen d’où ils tentent de se réorganiser, selon des analystes et des sources militaires libyennes.

La rédaction

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct