Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Suspense autour de l’élection présidentielle de 2018 : Le Classico IBK-Soumaila Cissé en perspective

Après moult tergiversations dans le choix de son candidat, avec  une éventuelle division à la clé au sein de l’ADEMA-PASJ, il est probable que la bataille finale pour Koulouba se joue entre le Président sortant Ibrahim Boubacar Keita du RPM et Soumaila Cissé de l’URD. Chacun des deux candidats ayant ses atouts et ses faiblesses, l’élection présidentielle de 2018 se gagnera sur des petits détails.

Il serait très tôt de pronostiquer sur les chances des candidats à l’élection présidentielle malienne de 2018. Mais au regard des résultats engrangés par chaque parti aux dernières élections communales et même législatives partielles, les trois grands partis de l’échiquier politique à savoir le RPM, l’URD  et l’ADEMA se sont taillés la part du lion, distançant de loin les autres partis. Le troisième parti, à savoir l’ADEMA, qui connait aujourd’hui des dissensions quant au choix d’un candidat à la présidentielle, pourrait, de ce fait, s’auto- exclure du peloton de tête de la course pour Koulouba, laissant ainsi le terrain aux deux autres grands partis que sont le RPM et l’URD.  IBK et Soumaila s’affronteraient encore dans un duel fratricide. Quels sont les atouts et les faiblesses de chaque candidature ?

Ibrahim Boubacar Keita : Il est, dans le contexte africain,  le favori, malgré son bilan catastrophique et cela par le fait qu’il est le président sortant, disposant de toutes les ressources matérielles et financières du pays. Il a l’avantage également d’organiser les élections et d’avoir tous les instruments administratifs et juridico-électoraux entre ses mains surtout dans un pays où la grande majorité est analphabète donc facilement influençable. Ses plus grandes faiblesses sont : son médiocre bilan, tant sur le plan sécuritaire que socio-économique, d’une part,  et la déliquescence de son parti et de la CMP, d’autre part. Au Mali, aujourd’hui,  tous les indicateurs sont au rouge et le pays connaît une forte tension sociale. Ce qui fait dire à certains observateurs  que ses chances de remporter sont minimes au point qu’on le donne souvent perdant dès le premier tour, si les élections se tenaient dans les conditions de transparence.

Soumaila Cissé, le candidat de l’Union pour la République et la Démocratie, URD, est indéniablement le challenger le plus redoutable pour IBK. Il a comme atouts la bonne implantation de son parti et les vagues d’adhésion que celui-ci enregistre, alors que celui d’IBK se disloque,  miné  par une guerre de clans. Autres atouts de Soumaila Cissé,  c’est le fait de n’avoir pas pris  part à la gestion du pouvoir pendant le quinquennat d’IBK. Après l’échec cuisant de ce dernier, Soumaila Cissé semble être une alternative crédible. A ces avantages, il faudrait ajouter le soutien d’une frange des chefs religieux, des leaders de la société civile et des légitimités traditionnelles. Comme faiblesse selon certains observateurs, c’est l’esprit de  clan, ce dont  il se défend en disant qu’il est marié à une Bambara bon teint.

En somme, la course pour Koulouba sera probablement un derby entre IBK et Soumaila Cissé.

Youssouf Sissoko

[email protected]

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct