Au cimetière d'Hamdallaye: ATT dans sa dernière demeure

Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sahel : « On a confié à l’armée française une mission impossible »

Le chercheur Marc-Antoine Pérouse de Montclos, auteur du livre « Une guerre perdue », estime que « l’opération “Barkhane” prolonge la vie de régimes corrompus ».

Le 12 janvier 2013 débutait l’intervention militaire française au Mali, destinée à lutter contre l’expansion de groupes djihadistes. Sept ans plus tard, le spécialiste des questions africaines Marc-Antoine Pérouse de Montclos, directeur de recherches à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), estime que l’armée française se retrouve prise « dans une sorte de piège, qui pourrait devenir notre Afghanistan ». Auteur du livre Une guerre perdue* (à paraître le 15 janvier), il estime que la France devrait « annoncer un désengagement », alors qu’Emmanuel Macron fait venir pour un sommet à Pau, lundi 13 janvier, les présidents des pays du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie).

Votre ouvrage à paraître s’intitule Une guerre perdue. Il serait donc déjà temps d’acter l’échec de l’intervention militaire française au Sahel ?
Clairement, le bilan n’est pas bon. En janvier 2013, le déploiement des troupes françaises a débuté avec deux grands objectifs : empêcher l’enracinement des groupes djihadistes dans le nord du Mali et restaurer la souveraineté de l’Etat malien sur l’ensemble du territoire. Aucun n’a été atteint. Le pays reste coupé en deux. Dans le nord, des groupes rebelles taxent les populations et les services publics ne fonctionnent pas, ou peu. Et pour gagner Bamako par la route depuis Gao, il faut passer par le Niger puis le Burkina Faso.

La France a donné un coup de pied dans la fourmilière des groupes djihadistes. Le résultat est qu’ils se sont dispersés puis ont émergé dans des zones où ils ne se trouvaient pas avant, comme le nord du Burkina Faso ou le Macina, dans le centre du Mali. On observe donc plutôt une extension du phénomène. Et ces groupes, qui étaient fragmentés et ne s’entendaient pas forcément, se sont regroupés, avec désormais un ennemi commun : la France. La présence militaire étrangère leur donne une légitimité.

Cet échec était-il selon vous programmé ?
Oui, on a confié à l’armée française une mission impossible. Au Mali, le djihadisme n’a jamais été que le symptôme d’un Etat défaillant. L’armée française est intervenue à Tombouctou alors que le fond du problème se trouvait à Bamako. Que peut faire la France dans un tel contexte ? A l’époque, elle aurait pu se contenter de donner un coup de semonce aux djihadistes en bombardant certaines de leurs positions, puis se retirer. Au lieu de cela, on se retrouve avec 4 500 hommes pris dans une sorte de piège, qui pourrait devenir notre Afghanistan. Pour l’instant, côté français, il n’y a pas eu énormément de pertes humaines, malgré l’accident d’hélicoptères de fin novembre : 41 hommes en sept ans, ce n’est pas l’Algérie. Mais le problème de fond, c’est l’inanité de cette intervention. Je ne vois pas comment la France peut réussir à sauver cette partie de l’Afrique en s’appuyant sur des armées défaillantes.

L’opération « Barkhane », en se plaçant dans un temps long, ne peut-elle atteindre certains objectifs ? Les armées locales sont-elles donc irréformables ?
Cela fait soixante ans que la France fait de la coopération militaire en Afrique, mais pour quel bilan ? Toutes les armées de la région continuent de tuer des civils en toute impunité. Or pour gagner une guerre asymétrique, contre un ennemi invisible, il faut le soutien des populations. Celui-ci est impossible à obtenir si, au nom de la lutte contre le terrorisme, on laisse passer les exactions commises par les militaires africains. A terme, on va peut-être voir se développer un syndrome « Turquoise » [nom de l’opération française au Rwanda en 1994]. Je ne parle pas de génocide mais de massacres de civils perpétrés par des armées africaines qu’on forme et qu’on équipe. Cela va finir par nous éclabousser. Et « Barkhane » prolonge la vie de régimes corrompus et pour certains très autoritaires.

Vous estimez donc que l’intervention militaire non seulement échoue, mais induit aussi des effets pervers ?

Disons que la présence militaire française ne sert pas seulement à essayer de lutter contre le terrorisme. Elle garantit aussi aux gouvernements en place qu’il n’y aura pas de coups d’Etat contre eux. N’a-t-on pas carrément dévié le mandat de « Barkhane », qui ne concerne que les groupes djihadistes, pour aller bombarder une colonne de rebelles tchadiens venant de Libye [en février 2019] ? Tout ça pour sauver la peau du soldat Idriss Déby, bizarrement présenté comme l’élément de stabilité de la région… Or le Tchad, contrairement à ce qu’on entend dire par les officiels français, est un pays très fragile et sur lequel il est difficile de s’appuyer. Avec cette police d’assurance que leur offre l’armée française, tous ces régimes n’ont aucune incitation à se réformer. On ne peut pas continuer comme ça. Il faut taper du poing sur la table.

C’est-à-dire, concrètement ?
Il faudrait annoncer un désengagement.

La France ne passerait-elle pas alors pour un allié peu fiable ?
C’est fort possible. Il y aurait du ressentiment contre la France parce qu’elle s’en va. Mais le ressentiment contre l’ancienne puissance coloniale est déjà aujourd’hui très vif, justement parce que son armée est présente et qu’elle est soupçonnée d’ingérence. Je suis très favorable à ce qui est présenté comme une convocation de Macron auprès des présidents des Etats du G5 Sahel. Si on est bien dans une logique de partenariat, il faut que chacun y mette du sien. Aujourd’hui, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta ne paraît pas être dans une logique de réforme de son pays et de son armée, ni de lutte contre la corruption et l’impunité. C’est pourquoi il faudrait envoyer un signal fort, dire ce qu’on attend comme changements, et que si ça ne marche pas, on se désengage.

Mais comment répondre face au risque d’une extension de la menace ?
Dans ces guerres asymétriques, il faut bien sûr une réponse militaire. Ça ne peut pas être que de la négociation. Mais est-ce le rôle de la France ? Non, c’est aux Africains de se prendre en main. On ne peut pas maintenir le Mali indéfiniment sous perfusion humanitaire, financière et militaire. A un moment, il faut que les Maliens se ressaisissent, qu’ils disent quel type d’Etat ils veulent.

Evidemment, il risque d’y avoir des situations de chaos très difficiles pour les Sahéliens. Mais l’intervention militaire française ne peut résoudre cela. L’est de la RDC ou le sud du Soudan connaissent aussi de violents affrontements, pourtant on n’y a pas envoyé 4 500 hommes.

Il y a aussi la question de l’objectif de cette guerre au Sahel. Si les autres pays européens n’interviennent pas, c’est sans doute parce qu’ils se disent que la France fait le job. Mais également parce que l’interprétation de l’ampleur de la menace par les Britanniques ou les Allemands n’est pas la même. La France est intervenue au Mali en faisant valoir le risque d’une menace terroriste globale. Mais il s’agissait d’une action préventive, car aucun des groupes qu’on combat au Sahel n’a jamais mené d’attaque chez nous.

Est-on vraiment dans une lutte contre le djihadisme ?
On est face à des groupes insurrectionnels et l’usage du qualificatif de « terroriste » introduit beaucoup de confusion. Les rebelles tiennent des morceaux de territoire, mais aucun n’a démontré sa capacité à gouverner. Ce qui va évidemment à l’encontre du récit dominant brandissant la menace d’un nouvel Etat islamique. Il y a un vernis religieux mais une logique mafieuse. La motivation religieuse à rejoindre ces groupes n’est d’ailleurs pas déterminante. C’est plus souvent par opportunisme, pour se protéger des exactions des forces armées ou pour se venger. Les agendas sont d’abord locaux. Ces mouvements se greffent sur des conflits de bétail et d’accès à la terre. Que peut faire le soldat français là-dedans ? On ne peut pas lui demander de se transformer en vacher et d’encadrer les troupeaux des Peuls.

*Une guerre perdue. La France au Sahel, de Marc-Antoine Pérouse de Montclos, éd. JC Lattès, 200 pages, 18 euros.

Christophe Châtelot et Marie de Vergès

Le monde.fr

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct