Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Réalisation du barrage de Fomi: une initiative intégratrice et de développement

L’hôtel Radisson Collection de Bamako a abrité, hier mardi, la 6e réunion du Comité interministériel de concertation Guinée-Mali pour la mise en œuvre du barrage à buts multiples de Fomi. La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence de Ibrahim A.B. SYLLA, ministre de l’Énergie, de l’hydraulique et des hydrocarbures de la République de la Guinée ; du Secrétaire exécutif de l’Autorité du Bassin du fleuve Niger ; des représentants des partenaires techniques et financiers.

 

Organisée par le ministère des Mines, de l’eau et de l’eau du Mali, en collaboration avec ministère de l’Énergie, de l’hydraulique et des hydrocarbures de la République de la Guinée, cette réunion de deux jours a pour objectif général de poursuivre le dialogue et d’assurer le suivi de la mise en œuvre de l’emménagement du barrage à buts multiple de Fomi.
En campant le décor, le ministre SYLLA de la Guinée a, au nom de toute sa délégation, remercié les cadres maliens pour le du chaleureux accueil dont ils bénéficient à chaque fois qu’ils viennent au Mali
Pour en venir à cet ouvrage multinational, il a indiqué que le barrage de Fomi est en train d’être construit à 32 Km en amont de son confluent le fleuve Niger. Il rappelle qu’il s’agit d’un vieux projet dont on parle depuis 1922.
« Le gouvernement guinéen a signé un accord avec Yellow River Engineering Consulting (YREC) pour la construction du barrage de Fomi en septembre 2017. YREC a lancé des travaux préparatoires comme la matérialisation de l’emplacement du barrage et la construction de logements pour les travailleurs ».
Spécifiquement, l’intérêt de cette infrastructure de Fomi est de profiter davantage du Fleuve Niger, à travers un modèle intégrateur et de développement économique entre le Mali et la République sœur de la Guinée Conakry.
Pour le ministre guinéen, il contribuera à la régulation du régime du cours d’eau ; accompagnera le développement de l’agriculture, de l’élevage et de la pisciculture. De même, il renforcera la capacité de production d’électricité entre le Mali et la Guinée via l’interconnexion des réseaux électriques. Ce, en diminuant des problèmes d’accès à l’électricité auxquels les deux pays sont confrontés.
Quant au ministre malien des Mines, de l’énergie et de l’eau du Mali, il a lui aussi rassuré que la réalisation du Barrage de Fomi viendra compléter et renforcer la coopération fructueuse qui existe déjà entre le Mali et la Guinée.
Il a par ailleurs souligné que dans le contexte actuel de lutte contre le changement climatique, la valorisation de nos ressources en eau à travers la réalisation d’aménagements hydrauliques structurants apparait comme le scénario optimal susceptible de garantir un développement socioéconomique durable de nos États.
Il a ainsi souhaité que cette 6e réunion produise et soumette pour validation un Mémorandum portant création de barrage de Fomi/Moussako en ouvrage structurant pour le Mali et la Guinée et d’intégrateur dans le bassin du Niger.
Au cours de cette réunion, les responsables des deux pays ont réaffirmé leur attachement à la mise en œuvre du barrage de Fomi qui aura aussi des avantages certains sur les conditions de vie et de travail des peuples malien et guinéen. En effet, à partir des installations du barrage de Fomi, les populations pourront faire de l’agriculture, de la pêche et de la pisciculture.
En somme, c’est une initiative intégratrice et de développement économique entre les deux pays.

PAR CHRISTELLE KONE

Source : Info-Matin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct