Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Ras Bath à propos de l’arrestation de Djénéba Sogodogo : «On veut une justice impartiale…»

La semaine dernière, sur l’initiative des membres du Collectif pour la Défense de la République (CDR), les différents bureaux des coordinations de Bamako et de Kati s’étaient réunis au sujet de l’arrestation de Djénéba Sogodogo, membre du CDR France. Le porte-parole dudit collectif a, dans un message audio, dénoncé de ce qu’il qualifie d’une justice sélective.

 

L’affaire Djénéba Sogodogo, arrêtée pour «insultes sur les réseaux sociaux », bouillonne encore au sein du CDR. Pour en finir complètement avec tous les manquements sur les réseaux sociaux, le CDR veut faciliter la tâche au procureur du tribunal de grande Instance.

Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath, au-delà de la présence des membres des différents bureaux de la coordination du CDR de Bamako ainsi que de Kati, nombreux étaient les représentants des 35 OO0 motos tricyclistes, voire ceux du mouvement de soutien à Ras Dial (les sentinelles) à prendre part à cette réunion. Dès à l’entame de ses propos, le porte-parole du CDR a expliqué l’objectif de la réunion : l’arrestation de Djénéba Sogodogo. Celle-ci était une militante du collectif qui, selon lui, a été arrêtée en date du samedi dernier par les éléments de la Brigade d’Investigation Judiciaire de Bamako-Coura sur l’instruction du procureur du tribunal de grande instance de la commune III, Bandjougou Diawara pour « des insultes sur les réseaux sociaux ». En l’occurrence, dit-il, les enquêtes faites par le CDR attestent que cette arrestation est faite sans plainte ni plaignant. Ras Bath reconnait que le procureur était dans son droit de s’auto saisir en tant que magistrat représentant du ministère public près du tribunal de toute affaire pouvant ainsi transgresser les normes en vigueur. Sans détour, il affirme qu’ils doivent aider Djénéba Sogodogo qui, selon lui, est une patriote dévouée comme tous les grands Africains de l’époque pour la construction de ce pays. Aussi, a-t-il précisé qu’il est hors de question que les membres du CDR puissent aussi exiger à ce que les présidents et les ministres soient jugés et condamnés pour leurs actes en refusant que les règles du pays ne s’appliquent pas à eux. « Nous sommes républicains et démocrates et nous restons derrière la loi. Mais cela ne veut pas dire qu’on va aussi accepter d’être condamné à tort », dit Ras Bath avant d’ajouter : « On veut une justice impartiale, mais pas une justice sélective, de vengeance, de règlement de compte ou arbitraire ». Ce que Ras Bath n’a pas apprécié chez le procureur Bandiougou Diawara, c’est l’arrestation de Djénéba Sogadogo alors qu’il y’a beaucoup qui insultent sur les réseaux sociaux.  « De 2013 à nos jours, tous ceux qui ont insulté moi Ras Bath, les membres du CRD, IBK, Soumaila Cissé, Mahmoud Dicko et M’Bouillé Haidara dont nous avons deux clés USB chargées en vidéos et audios d’insultes qu’il (le procureur) semble ne pas l’avoir, lui seront donc remises chaque vendredi à partir de 10H par les membres du CDR pour qu’il ait aussi des jugements comme a été le cas de Djénéba », dit-il.

Pour le chroniqueur Ras Bath, la loi leur a conféré ce droit de dénoncer tous ceux qui commettent l’infraction, « donc nous allons porter plainte chaque vendredi au tribunal de grande instance de la commune III contre ceux qui nous ont insultés. On en a 33 cas à déposer dont chaque cas fera l’objet d’une plainte chaque vendredi. Comme ça on saura réellement si le procureur est là pour une justice partiale ou impartiale », a-t-il conclu.

Mamadou Diarra

LE PAYS

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct