Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Préavis de grève du SYNABEF : Le comité syndical de la BDM-SA se désolidarise

Le comité syndical de la BDM, sous l’égide de son secrétaire général, Papa Sadio Traoré, a animé une conférence de presse le jeudi 14 octobre dernier au siège de la première Institution financière au Mali, pour informer l’opinion nationale et internationale de leur position par rapport au préavis de grève déposé par le SYNABEF le 7 octobre dernier. Cette conférence de presse fait suite à l’assemblée générale tenue plutôt le même jeudi qui a regroupé plusieurs travailleurs de la BDM,  relative au prétendu préavis de grève du SYNABEF du 07 Octobre 2021.

Dans sa déclaration liminaire, le secrétaire général, Papa Sadio Traoré, assisté par deux autres collègues, a déploré que depuis plus d’un mois, qu’il  assiste à une panoplie de sorties médiatiques de la part d’un Groupuscule du SYNABEF, sorties exclusivement dirigées contre la BDM. Le conférencier principal du groupuscule Hamadoun Bah, est en réalité le 1er secrétaire général adjoint du SYNABEF (cf. congrès de novembre 2018), aujourd’hui en service dans le Système des Nations Unies suite à un abandon en plein vol (Signature d’un PV d’autorisation de versement, de retrait et de virement en pleine grève de la centrale UNTM). Les dessous de cette signature compromettent l’éthique syndicale, a révélé Papa Sadio Traoré. Avant de poser entre autres questions: Nous nous interrogeons quelques fois : Pour qui travaille-t-il ? Quel est l’agenda du mouton de panurge à la Rabelais ? Au fait, que s’est-il passé avec la BDM ? Pour répondre ses interrogations. Le Secrétaire général, Papa Sadio Traoré, a indiqué, que le Comité syndical de la BDM s’est opposé à une forme de mercantilisme syndical, mettant les intérêts personnels d’un groupuscule au-dessus de ceux des travailleurs. Selon lui,  cette forme est caractérisée par des visites de courtoisie, des demandes personnelles (en nature et/ou en espèces), de l’acharnement, du harcèlement. Exemple : Cadre juriste syndicaliste qui menace pour être directeur du recouvrement. Quelle puberté syndicale ? a-t-il indigné. Et de signaler le comité syndical BDM a fait de la production et de la présentation du rapport financier du compte du SYNABEF, la condition sine qua non pour le paiement des cotisations. A cet effet, le Comité, selon le secrétaire général, estime que certaines valeurs sont antérieures à la carrière syndicale : le patriotisme, l’éducation familiale, le langage de vérité, la crainte de dieu, l’éthique…

Il a par ailleurs, précisé qu’en date du 29/06/2020, le Comité a convoqué sa base en AG. A cette occasion celle-ci a décidé, à l’unanimité de se désolidariser du mot d’ordre de grève dans une fausse affaire dite Fatoumata Sangho. En son temps, le Comité, selon son secrétaire général, a déploré et exigé le respect du principe de la hiérarchie syndicale (Comité syndical-Section des banques-Synabef-UNTM) et des valeurs syndicales dont la droiture et la transparence.

C’est ainsi, que le comité, selon Papa Sadio Traoré, estime que le syndicalisme est un sacerdoce règlementé qui ne saurait être synonyme de sorcellerie (Si tu me donnes pas, je te mange).  La Grève est l’arme du petit soir du syndicat à ne pas brandir dès l’aube, a-t-il ajouté.

Il a parlé de certains points du prétendu préavis de grève du SYNABEF du 07 Octobre 2021, notamment l’affaire de  licenciement de Kane Djénéba Sall.

Motifs : Aux dires du conférencier, elle a été licenciée pour un double motif : malversations de 44 585 000 FCFA du GAB de l’Agence de Missira et opérations frauduleuses sur les comptes de clients en sa qualité de chef de ladite agence, en substituant son nom à celui des clients pour brouiller les contrôles quotidiens.

Preuves : ”Non-respect de la dualité des clés depuis sa nomination comme chef d’agence contrairement aux procédures ; Reconnaissance verbale devant sa hiérarchie, son adjointe et les services de contrôle à son domicile du manquant de 44 585 000 de FCFA ;  Reconnaissance écrite et signée de sa responsabilité à la Direction de la conformité et du contrôle permanent concernant le même montant ; Absence de mandat sur les différents comptes touchés (il y en a plusieurs) ; Reconnaissance écrite à travers une lettre de confirmation de solde par Monsieur Mahamadou Soumaré résidant aux USA de l’existence de quatre (04) opérations frauduleuses sur son compte (cette lettre de confirmation signée par M. Soumaré dont elle ne savait pas la présence à Bamako en septembre qu’elle a qualifié de faux et usage de faux)”, a-t-il détaillé.

S’agissant de la position du comité syndical sur le licenciement de Madame Kane Djénéba Sall : selon le secrétaire général, son comité syndical approuve le rapport des services de contrôle sur les différents griefs reprochés à l’intéressée ainsi que les conclusions et recommandations qui en sont issues. En effet, le comité syndical à travers son secrétaire général a été convoqué par l’Inspection du travail de Bamako dans le cadre des débats sur le projet de licenciement de Kane Djénéba Sall. La dame ayant reconnu les faits reprochés, le comité a clairement émis un avis conforme à celle de la Direction générale pour le licenciement de Madame Kane Djénéba Sall pour les motifs sus énumérés, a-t-il expliqué. Avant de montrer un exemple de contradiction : la hiérarchie empêche la dame d’aller en congé de maternité, faute de remplaçant ; la dame a un adjoint, qui assure l’intérim du principal si ce n’est que l’adjoint ?, s’interroge-t-il.

Position du comité syndical de la BDM sur l’immixtion du SYNABEF dans cette affaire et d’autres affaires internes à la BDM : ” Nous précisions que le SYNABEF n’a pas été saisi par notre comité syndical ni de cette affaire dite de Djénéba Sall, ni d’une autre affaire”, a-t-il précisé. Selon Papa Sadio Traoré, le comité syndical de la BDM est suffisamment responsable pour régler ses affaires internes dans le cadre du dialogue social et proteste vigoureusement contre toutes velléités tendant à se substituer à son bureau formé de cadres bien outillés dans tous les domaines de compétences, pour porter ses affaires à sa place.

”La première mission de notre comité syndical est de défendre notre Institution sans laquelle l’on ne peut parler de personnel et dont notre objectif est de sauvegarder les intérêts matériels et moraux. Notre comité syndical ne saurait défendre la cause des personnes posant des actes allant dans le sens de la destruction des fruits des durs labeurs de ses vaillants camarades, de l’image de marque, le respect et la notoriété qu’elle a chèrement acquis auprès de sa clientèle au Mali comme à l’Etranger”, a-t-il déclaré. ”Le comité syndical de la BDM, respectueuse de la justice de la République du Mali exige de laisser cette Institution faire sereinement son travail pour rendre la décision qui sied à cette affaire”, a-t-il invité. Le comité syndical de la BDM n’est pas du tout solidaire du SYNABEF qui n’a écouté que la dame, mais jamais la BDM, a-t-il mis en garde. ”En aucun cas, nous ne saurions défendre celle qui reconnait avoir frauduleusement soustrait l’argent que nos clients nous ont chargé de garder en toute confiance”, a-t-il décliné.

Concernant la demande de départ de l’Administrateur Directeur général et du secrétaire général de la BDM-SA, accusés de responsables de faux et usage de faux dans cette affaire Djénéba Sall : le comité syndical par la voix de son secrétaire général et l’assemblée générale félicitent les deux dirigeants pour le travail abattu, afin de porter la BDM au firmament de la sphère bancaire sous-régionale et leur réaffirment toute leur solidarité. Toutefois, le comité syndical de la BDM,  invite le groupuscule du SYNABEF à la lecture et à la compréhension de la règlementation bancaire, notamment celle relative à l’Organe exécutif et à se concentrer sur ses attributions en tant structure de sauvegarde des salariés.

Sur tous les autres points le comité syndical de la BDM privilégie le dialogue social à un moment où le pays fait face à de nombreux défis.

Consciente de la situation macroéconomique du pays, soucieuse de la réussite de la Transition, etonnée par le harcèlement et les contrevérités dans le préavis dont la signature donne à réfléchir, le comité syndical de la BDM se désolidarise du mot d’ordre de grève projeté du 27 au 29 Octobre 2021, conformément au préavis du 07 Octobre déposé sur le bureau du ministre du Travail, de la Fonction publique et du Dialogue social. Il réaffirme son soutien à certains travailleurs cités et assure la clientèle bancaire nationale de sa disponibilité.

AMTouré      

Source: 22 Septembre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct