Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Maux du peuple : Les élèves-maîtres de la région de Koulikoro souffrent

Depuis octobre, début de l’année scolaire 2016-2017, le torchon brûle entre les comités AEEM des trois Instituts de Formation des Maîtres de la région de Koulikoro. Il s’agit de l’IFM de Kangaba, ceux de Nara et de Kati.  Pour non payement de leurs trousseaux  et  bourses, les élèves-maîtres ont claqué la porte des classes.

examens concours obtention diplome etude def baccalaureat bac eleve etudiant classe ecole resultat

Discriminés sous les regards indifférents des autorités scolaires, les pauvres élèves-maîtres ont  décidé d’entamer une grève illimitée jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. Ah, école malienne, comme tu souffres ! Il semble que même les bourses de vacances ont été obtenues à l’issue d’une grève.

Les plus hautes autorités scolaires et administratives de la région doivent s’expliquer. Comment comprendre que dans le même système d’éducation, les instituts du même ordre d’enseignement soient traités différemment ? Pourquoi seuls les élèves-maîtres de la 2ème  région sont privés de leurs droits. Où est passé l’argent des élèves-maîtres ? Ce qui se passe aujourd’hui dans les IFM de la région de Koulikoro est inadmissible. Comment peut-on avoir des enseignants bien formés  dans ces conditions ?

A l’analyse de la situation, on a l’impression que ceux qui sont chargés de la gestion des IFM n’ont aucun souci  pour l’avenir de l’école malienne. Il est donc urgent de situer les responsabilités et que les fauteurs soient punis. Sur le sujet, nombreux sont les élèves qui estiment que leur argent est prêté aux opérateurs économiques. Lesquels devront rembourser ces montants avec des intérêts, avant de payer les élèves-maîtres bénéficiaires. Dieu seul sait combien la vie est difficile à Nara et surtout pour des élèves qui n’ont d’autres sources de revenus que ces bourses.

Le département de l’Education nationale doit ouvrir une enquête et prendre toutes les mesures qui s’imposent avant qu’il ne soit trop tard.

Bamey Diallo

Source : La Lettre du Peuple

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct