Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali – Madani Tall : « L’économie tourne en deçà de son potentiel »

DÉCRYPTAGE. Alors que l’économie malienne est mal en point, le président IBK réélu pour un second mandat va devoir se retrousser les manches. Tour d’horizon.
PROPOS RECUEILLIS PAR OLIVIER DUBOIS, À BAMAKO

Le président Ibrahim Boubacar Keita a été officiellement reconduit dans ses fonctions le 20 août dernier, avec 67,16 % des suffrages. Pour les cinq ans à venir, il aura la lourde tâche de poursuivre et d’appliquer sa vision de la construction d’une économie émergente qui via des réformes, des politiques économiques mais aussi sociales devront lui permettre de redresser le pays. Durant son précédent mandat et malgré une situation sécuritaire qui s’est détériorée et reste préoccupante, le pays a enregistré de bonnes performances économiques avec un taux de croissance qui, même s’il a ralenti ces deux dernières années, avoisine les 5 % et devrait se maintenir à moyenne échéance, selon les prévisions de la Banque mondiale.

Néanmoins, malgré cette reprise économique, de nombreux défis restent à relever, comme la refonte structurelle d’une économie fragile et donc contraignante ou la réalisation d’une croissance économique forte et inclusive. À l’aune de ce nouveau mandat et pour mieux comprendre les forces, les faiblesses de l’économie malienne et les défis qui attendent le président IBK nouvellement réélu, Le Point Afrique s’est entretenu avec Madani Tall, économiste, homme politique malien, ancien conseiller économique du président de la République du Mali Amadou Toumani Touré, qui a joué un rôle-clé dans la croissance rapide du Mali au cours des années 2000, et qui officie aujourd’hui comme associé-gérant chez Mast Economic Engineering, une société internationale de conseil en finance et stratégie.

Le Point Afrique : Sur quoi repose la structure de l’économie malienne ? Quelles sont ces forces et ses vulnérabilités ?

Madani Tall : Comme toute économie, elle repose avant tout sur les hommes et les femmes du pays, sur leur capacité productive, leur productivité et leur savoir-faire. La réponse classique serait de dire l’or et le coton, or les exportations tous secteurs confondus ne représentent en réalité que 20 % du PIB qui est estimé à 13,5 milliards de dollars américains. Sommairement, le Mali est une économie orientée sur la production et consommation interne avec comme principaux secteurs l’agriculture qui représente 57,6 % du PIB et contribue à 42 % de sa valeur ajoutée. Enfin, l’industrie contribue à 18,1 % à la valeur ajoutée du PIB, mais la croissance de cette valeur ajoutée industrielle n’est que de 0,3 %… Ce qui signifie que la valeur ajoutée de l’industrie en termes de contribution au PIB est très forte (production 8,4 % et valeur ajoutée 18,1 % soit presque le double). Mais que cette forte contribution elle-même ne progresse que très peu. Ce qui signifie qu’il y a très peu de gains de productivité et dans une moindre mesure peu de création industrielle. La plus grande faiblesse de notre économie réside sur le fait de ne pas se reposer sur l’innovation et l’amélioration des compétences.

Quels sont les enjeux économiques du pays à l’aune de l’élection présidentielle ?

Ils demeurent les mêmes depuis toujours : aller vers la productivité plutôt que la production, aller vers l’irrigation plutôt que d’attendre la pluie comme Samuel Beckett attendait Godot. Aller vers la compétence plutôt que le relationnel. Miser sur la jeunesse et la rendre contributrice.

Depuis que le pays est sorti de la crise de 2012, l’économie malienne repart, elle est jugée performante avec un bon taux de croissance. Quels sont les facteurs qui ont permis cette reprise économique ?

Je ne pense pas que le pays soit sorti de crise étant donné que deux tiers du territoire échappent encore au contrôle de l’État. Ce problème n’est pas résolu et demeurera une épée de Damoclès sur notre économie tant qu’il perdure. Quant à la croissance, elle est organique : le PIB croît de 5 % par an et la population de 3,6 %, faites la différence et il ne reste plus grand-chose. Pourtant, il s’agit moins de contrôler la démographie que de mieux produire. Au lieu de cela, il y a le gaspillage, la négligence et l’incompétence qui font plus de tort à une économie que la corruption ou le manque de ressources.

À quel niveau est le risque de surendettement du pays et parvient-il à maîtriser cet endettement ?

La dette de l’État est stable à environ 35 % du PIB, ce qui est loin du surendettement. Une économie comme la France connaît une dette frisant 100 % du PIB sans pour autant qu’elle ait la même marge de croissance. Alors le surendettement pour un pays comme le Mali, crise ou pas n’est pas actuel.

Quels risques seraient susceptibles de compromettre cette bonne santé financière ?

Cela ne signifie pas pour autant que l’on puisse parler de bonne santé financière étant donné que l’économie tourne en deçà de son potentiel réel. Les facteurs pouvant aggraver ou maintenir cet état de sous productivité sont décrits plus haut. Il faudrait ajouter à ceux-ci le manque de leadership étant donné que nos économies sont sujettes à l’aptitude de l’équipe dirigeante à émuler le développement.

On observe une régression du taux de croissance ces dernières années pour quelles raisons ?

Elles sont évidentes pour un pays en crise. Malgré ces performances économiques encourageantes et un bon taux de croissance, il y a toujours une forte pauvreté dans le pays. La population ne semble pas profiter de cette reprise économique, pour quelles raisons ? Et dans ces conditions, qui s’en sort le mieux et comment font tous ceux qui ne sont pas impactés ?

Le taux de croissance est un indicateur certes des meilleurs, mais il ne calcule que la valeur ajoutée et encore pas toute puisque l’informel est ignoré. Déjà en prenant le PIB PPA (parité du pouvoir d’achat) nous avons une vision plus claire de la situation réelle. Ensuite, la croissance elle-même est trop faible pour un pays qui voudrait vraiment se développer. Un pays comme le Mali sans taux à deux chiffres demeurera ce qu’il est et le peuple continuera à souffrir d’abord en silence, mais de plus en plus bruyamment.

Le Point Afrique

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct