Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali : des efforts de “bon augure” pour la paix, juge Le Drian

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a jugé de “bon augure” les projets du gouvernement malien pour rétablir la stabilité du pays après la réélection du président Ibrahim Boubacar Keïta.

“Les objectifs que se donne le Premier ministre (Soumeylou Boubeye Maïga) sont de bon augure pour rétablir l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire, engager la décentralisation prévue dans les accords d’Alger et mettre en oeuvre, enfin, le processus de désarmement”, a-t-il dit dans une interview au quotidien Le Monde à paraître samedi.

Jean-Yves Le Drian, qui a souvent exprimé son impatience devant la lenteur dans la mise en oeuvre des accords d’Alger, représentera le président Emmanuel Macron samedi à Bamako pour l’investiture d’Ibrahim Boubacar Keïta, réélu en août pour cinq ans. Ces accords ont été conclus en 2015 avec l’ex-rébellion à dominante touareg après l’intervention de l’armée française qui, en 2013, avait repris le contrôle du nord du Mali, passé sous la coupe des jihadistes. Mais leur mise en oeuvre a accumulé les contretemps et n’a pas empêché les violences de se propager du nord vers le centre du pays et vers le Burkina Faso et le Niger voisins.

En juin, le chef de la diplomatie français avait reproché au Mali de manquer de “volonté politique” pour la mise en oeuvre des accords de paix dans le Sahel. “Les Algériens, avec qui nous entretenons des relations étroites, auront aussi un rôle à jouer pour qu’il y ait des avancées”, a-t-il ajouté dans l’interview au Monde.

Évoquant la force conjointe du G5 Sahel mise en place par cinq pays de la région pour lutter contre les groupes terroristes, il a souligné qu’elle allait “accélérer” ses opérations et que les “financements doivent embrayer”.
La force conjointe, qui doit compter 5.000 hommes, a été lancée en 2017 par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Mais les 414 millions d’euros promis lors d’une conférence internationale des donateurs organisée à Bruxelles le 23 février tardent à se matérialiser.

Ancien ministre de la Défense – comme M. Le Drian – et figure de la vie politique malienne, Soumeylou Boubèye Maiga, 64 ans, a été nommé à la tête du gouvernement en décembre 2017 par M. Keïta, dont il est proche et reconduit début septembre.

 

Source: lorientlejour

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct