Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Lutte contre l’impunité, la corruption et la délinquance financière : La Transition a-t-elle jeté l’éponge?

L’aspiration populaire à une lutte farouche contre les fossoyeurs des fonds publics semble être de courte durée. Car, après les arrestations liées à l’affaire de l’achat des équipements militaires, la traque contre la corruption et la délinquance financière est en léthargie. Ce répit redonne du poil de la bête à de présumés délinquants financiers, désormais assurés d’une immunité les poussant même à narguer les populations assoiffées de justice sociale.

 

 

Pour de nombreux Maliens, après la sécurité, l’un des grands défis du pouvoir de Transition reste  la lutte contre la corruption et la délinquance financière. C’est aussi et surtout cette problématique qui a fait tomber le régime de feu Ibrahim Boubacar Kéita.

Pour répondre à cette exigence dans le but de bénéficier d’un soutien populaire au sein de la population, en vue de mener à bon port la transition, les auteurs du « coup d’État » n’ont pas douté à confer des dossiers brûlants de détournements de deniers publics à la justice pour montrer leur bonne foi dans la lutte contre ce fléau de la prédation sur les deniers publics.

Ainsi, cette initiative porteuse d’espoir a mis aux arrêts  ceux-là qu’on croyait intouchables. Cela a commencé par Soumeylou Boubèye Maïga, ancien ministre de la Défense et des Anciens combattants, Mme Bouaré Fily Sissoko, ancien ministre de l’Économie et des Finances, Mahamadou Camara, ancien ministre de la Communication, Amadou Thierno Hass Diallo, ministre des affaires religieuses et du culte. De hauts cadres se sont vus inculper dans des dossiers de corruption, même s’ils sont présumés innocents. Il y a par exemple les maires Adama Sangaré du district, Yoro Ouologuem de Kati et des adjoints, Issa Guindo de la commune IV.

Ces différentes arrestations avaient suscité un grand soulagement au sein de l’opinion nationale qui croyait à une série de châtiments. Avec leur inculpation, certains avaient commencé par féliciter les autorités pour cette nouvelle dynamique.

En outre, la publication du rapport en 2021 de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI), avait dopé l’espoir du peuple, tant le détournement des fonds publics avait atteint des proportions jamais égalées dans notre pays. Ce rapport relève que des cadres du pays se sont octroyé des salaires faramineux et des avantages et privilèges indus. Mais aujourd’hui, on constate un frein de cette dynamique tendant à mettre fin à l’impunité. Qui a freiné cette lutte pour assainir la gouvernance du pays ?

Il faut quand même rappeler que lors de la  rencontre entre les membres du Conseil supérieur de la magistrature et le président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta martelait : «Il n’y a pas d’État fort, sans une justice forte». Plus loin, il dira que: «Des hommes sont prêts à vendre leur nation pour leurs propres intérêts». Qu’à cela ne tienne, la lutte contre la corruption se poursuivra: «Il s’agit de la volonté du peuple on n’a pas d’autres choix que de l’exécuter». Enfin, il a laissé entendre que la lutte contre la corruption sera sans état d’âme et sans esprit de recul. A-t-il alors oublié cette profession de foi ? Qui a ordonné l’abandon des chantiers de lutte contre la corruption et du détournement des deniers publics ? La question reste posée.

Lamine BAGAYOGO

Source : Mali Horizon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct