Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Lutte contre la prolifération des armes légères : Le renforcement du dispositif pénal et du contrôle au menu

Dans le cadre de la lutte contre la fabrication et le trafic illicites des armes à feu, un atelier de formation pratique spécialisé sur les investigations et poursuites pénales des a regroupé plusieurs acteurs du secteur. C’est le 3 décembre dernier, à l’Hôtel Azalai Salam de Bamako.

La cérémonie d’ouverture des travaux de l’atelier de cinq jours sur le cours de formation pratique spécialisé sur les investigations et poursuites pénales des infractions liées aux armes à feu  a été présidée par le Représentant du Ministre de la Justice, Souleymane Coulibaly, en présence de celui de l’ONUDC, Leonardo Lara. Ce fut devant un parterre de journalistes.

A travers cet atelier, il s’agissait de fournir aux participants des compétences pratiques à un niveau plus avancé sur les enquêtes et poursuites pénales des infractions liées aux armes à feu, à leur circulation illégale, à leur prolifération, à leur trafic et à leur détention non autorisée dans notre pays.

La formation était axée sur l’amélioration des capacités nécessaires à la réussite des enquêtes, le traçage des armes à feu, la collecte des renseignements ainsi qu’en matière des preuves liées aux armes à feu.

En effet, depuis 2011, l’ONUDC a lancé un programme mondial sur les armes à feu (GFP) en vue de promouvoir et de faciliter la ratification et la mise en œuvre du protocole sur les armes à feu.

Ainsi, cette formation est destinée aux Agents chargés de l’application de la loi dans le domaine de la justice criminelle et des Représentants des forces armées et de sécurité chargés de la saisie desdites armes.

Côté participants, il y avait 6 Magistrats, 2 Officiers de renseignements militaires, 4 Officiers de la Gendarmerie, 4 Officiers de la Police, 5 Agents de l’Unité spéciale d’enquêtes sur les armes à feu du Service central de lutte contre le terrorisme, 2 Officiers des Douanes, 2 Officiers de la Garde forestière et 1 Représentant de la ComNat Mali.

Au regard de l’importance du sujet, l’objectif final de cette formation était de définir, de développer et de promouvoir des standards plus élevés en matière d’enquêtes, d’investigations et de poursuite des trafics illicites d’armes à feu au Mali.

Dans son intervention, M. Lara a précisé que cet atelier de formation est le fruit de la coopération technique et financière du Mali avec l’Allemagne. Selon lui,  au sortir de cette session, il y aura un programme de restitution des compétences acquises et de vulgarisation de celles-ci parmi le personnel et surtout les structures spécialisées chargées de l’application des lois en vigueur en vue d’un partage effectif des renseignements et d’une amélioration progressive des procédures d’enquêtes au contact des réalités.

Rappelant la loi n°04-50 du 12 novembre 2004, Souleymane Coulibaly a indiqué que le Mali ne manque pas de volonté politique d’aller dans le sens du renforcement et de l’uniformisation  des normes et mécanismes de contrôle de la fabrication, de l’importation, de l’exportation, de la détention, du port, de l’enregistrement, du commerce et de la circulation des armes de petit calibre sous tous ces aspects. A partir de cette disposition législative, conclura Souleymane Coulibaly, la volonté manifeste du Gouvernement malien à mener la lutte contre la prolifération incontrôlée des armes et leur trafic illicite ne souffre d’aucune ambiguïté.

Ousmane MORBA

Source : L’Observatoire

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct