Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Lettre de la Cour constitutionnelle à AOK: une confusion des institutions de la république

Dans une lettre adressée à l’ancien président du Mali, en date du 22 octobre, la présidente de la Cour constitutionnelle, Manassa DANIOKO, demande à celui-ci d’apporter sa participation ‘’entière aux initiatives en cours pour la préservation de la cohésion et de l’unité nationale’’. Le président du ADEPM, Aboubacar Sidick FOMBA n’apprécie pas cette lettre de la Cour constitutionnelle adressée à l’ancien président Alpha Oumar KONARE. Pour lui, cette lettre est contraire à toute règle de démocratie. Lisez plutôt son point de vue.

Quand les institutions se confondent, cela donne naissance au parti unique.
Par cette lettre la cour constitutionnelle vient une fois de plus de démontrer sa partialité en tant qu’une institution de la république dont le rôle est bien connut et surtout son intention sélective.
Madame la présidente de la cour constitutionnelle le sursaut national passe par la dissolution de l’AN dont les mandats ont été arbitrairement prorogés par votre institution dans un double langage qui a enlevé la crédibilité à cette institution.
Madame la présidente de la cour constitutionnelle le sursaut national commence par la dissolution de la cour constitutionnelle et l’organisation d’une conférence nationale inclusive souveraine.
Madame la présidente de la cour constitutionnelle le sursaut national exige du président de la république le sens élevé de laisser le peuple souverain décidé de l’avenir du pays.
Madame la présidente de la cour constitutionnelle si cette lettre n’était pas sélective, elle devrait être adressée à tous les anciens présidents de la république du Mali.
Cette lettre adressée à SE Alpha Oumar konaré est une forme d’accusation engageant sa responsabilité dans la crise au Mali.
Nous avons fait confiance à un président de la république pour gérer le pays s’il est incapable et incompétent la voie de la démocratie l’autorise à présenter sa démission en toute liberté.
La confusion des institutions dans un système démocratique est un véritable danger politique et surtout conflictuel.

Aboubacar Sidick FOMBA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct