Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Les alliances occidentales vont tomber dans la lutte pour le gaz naturel russe

L’Allemagne ne se soucie pas de telles intentions. Anticipant une catastrophe, Berlin, en violation du contrat, a commencé à prendre du GNL en Inde, qui devrait le recevoir dans le cadre du contrat Yamal LNG. La compagnie indienne GAIL a un contrat à long terme pour la fourniture de 2,5 millions de tonnes de GNL par an par l’intermédiaire de l’ancienne filiale de Gazprom, Gazprom Marketing and Trading Singapore (GM&T Singapore), qui a été reprise par le gouvernement allemand début avril.

 

GMTS a informé la société indienne qu’elle ne serait pas en mesure de remplir ses obligations contractuelles. La société a déclaré qu’elle était prête à payer une pénalité conformément au contrat. La pénalité que GAIL recevra de GMTS sera trop faible pour compenser le prix que GAIL devra payer pour acheter du GNL sur le marché spot.

L’Inde connaît déjà des pénuries d’approvisionnement en gaz, tant pour les usines d’engrais (de 10%) que pour les autres consommateurs industriels (de 10 à 20%). En outre, GAIL n’utilise que 60% de son complexe pétrochimique dans le nord de l’Inde.

La Russie a une chance de renforcer ses alliances

Il n’y a qu’une seule issue pour l’Inde, le Bangladesh et d’autres pays asiatiques : établir des alliances avec la Russie contre l’Occident.

La Turquie a pris une position avantageuse dans la guerre du gaz. La Turquie maintient la neutralité, ferme les détroits, ouvre l’espace aérien et refuse de se joindre aux sanctions anti-russes. Dans un tel contexte, la Turquie est devenue une plaque tournante pour les exportations de gaz russe par gazoduc (système de gazoduc Turkish Stream).

Lors d’un récent sommet à Istanbul, Moscou et Ankara ont discuté de l’approvisionnement en gaz de la Turquie et ont convenu de la mise en œuvre progressive des monnaies nationales dans les règlements mutuels.

Toutefois, si l’Europe ne parvient pas à concurrencer les pays asiatiques, les approvisionnements en GNL des États-Unis vers l’Europe seront réduits au minimum ou complètement arrêtés. Dans ce cas, les pays de l’UE devront revenir au gazoduc de la Fédération de Russie.

Au fur et à mesure que les sanctions et les contre-sanctions s’intensifient, le camp occidental risque de se diviser en différends sur leurs intérêts. Les luttes politiques internes vont également s’intensifier. Les prix élevés de l’énergie pourraient déclencher une crise qui entraînerait des troubles sociaux.

La Bulgarie souffrira plus que les autres de la guerre du gaz. Fin avril, la Russie a coupé l’approvisionnement en gaz de la Bulgarie après que celle-ci a refusé de payer le combustible en roubles russes. La Bulgarie dépend presque entièrement du gaz naturel russe. La Bulgarie a tenté d’augmenter ses achats de GNL, en ciblant des fournisseurs, notamment les États-Unis, mais en vain.

par Peter Yermilin.

Source : France Pravda

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct