Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Législatives à Bourem : vers un duel épique au féminin entre Chato et Soya ?

Les âmes sensibles commencent déjà à s’inquiéter du prochain mélodrame que le Cercle de Bourem risque de concocter pour la désignation des candidats aux législatives de novembre prochain. Si bien sûr (et tout porte à le croire d’ailleurs, l’intéressée, son parti et ses partisans n’ayant jamais démenti l’information) le RPM proposait sur sa liste de candidature (Bourem a droit à 2 députés) le nom de Sohoyata Attaher Maiga, plus connue sous le pseudonyme Soya.

Demi-sœur de la Première dame, Keita Aminata Maiga, Soya n’attendrait que la réunion du directoire du RPM-Bourem pour s’imposer sur la liste de candidature.

Cette candidature lui met, ipso facto, contre la liste (UM-RDA) de Haïdara  Aïchata Cissé dite Chato, laquelle, semble-t-il, ne peut plus faire alliance avec le parti du tisserand eu égard à toutes les combinaisons qui sont en train d’être affinées dans les salons feutrés de la capitale.

En actant la candidature de Soya au profit du RPM, Chato ne pourra plus compter sur le parti au pouvoir qui l’a aidée à rempiler aux législatives de 2013 et à qui aussi, en retour, elle a vaillamment donné les voix de Bourem à la présidentielle de 2018, débauchant des militants de l’URD. Du coup, Chato perdra le colistier RPM, Mohamed Ould Matali, de la mandature 2013-2018 avec lequel elle souhaitera, aujourd’hui, rempiler. Déjà, un grand nombre de chefs de villages de Temera et de Bamba (deux communes de Bourem) ont démissionné de l’UM-RDA pour le RPM, dans l’espoir de réaliser ce scénario !

C’est une impossibilité de penser que les deux dames (Soya et Chato), issues de la même famille et du même cercle de pouvoir, peuvent constituer une liste gagnante dans un environnement misogyne.

Chato Cissé, sans un colistier du genre Mohamed Ould Matali, ne gagnera jamais aussi les élections à Bourem, puisque la seule Commune de Tarkint qui n’a jamais voté démocratiquement depuis des années, ramène entre 8 000 et 9 000 voix et quand on sait que ce score est le ¾ du nombre de votants dans les autres communes sédentaires, Mohamed Ould Matali (RPM) demeure le gros enjeu et sa séparation avec Chato pourrait sonner le glas de cette dernière !

Reste une autre possibilité : Que Chato cède à sa sœur, la médecin-dentiste Soya, et la vice-présidente du Parlement panafricain, fraichement élue, perdra son fauteuil et partant, le Mali tout entier !

Au RPM, la dentiste Soya et ses partisans sont déjà mobilisés pour gagner la bataille législative de Bourem.

Synthèse de Abdoulaye Diakité

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct