Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le tribunal confirme Gouagnon, le Pr Sanogo fait appel

Le Tribunal de la commune V a validé, ce lundi 4 avril, le congrès extraordinaire de l’Union pour la république et la démocratie (URD) ayant été sanctionné par l’élection de Gouagnon COULIBALY à la tête du parti. Le camp dirigé par le Pr Salikou SANOGO, selon plusieurs sources, se prépare à faire appel devant la Cour d’appel.

 

Une 1ere décision de justice a été rendue ce lundi sur le conflit de leadership né à la suite du décès de Soumaila CISSE avec deux présidents à la tête de l’URD. Le tribunal de la commune V saisi en 1ere instance a validé le congrès extraordinaire convoqué par la dissidence de l’URD et qui a abouti à l’élection de Gouagnon COULIBALY comme président.
L’effet de cette décision est d’exiger au Pr Salikou SANOGO de passer les fonctions de président à M. Gouagnon COULIBALY dans les 72 heures sous peine de pénalité de 500 000 FCFA par jour.
Suite à ce jugement, des sources proches du bureau conduit par le Pr Salikou SANOGO affirment qu’une procédure est engagée pour faire appel de la décision de justice.
« A partir de l’instant où la procédure de l’appel a été lancée, la décision du tribunal de la commune V est suspensive. Elle ne peut s’appliquer », a indiqué un cadre de l’URD favorable au Pr Salikou SANOGO.
Sans contester la décision de justice, il ne trouve pas normal que le tribunal de la commune V statue sur la validité du congrès organisé par Gouagnon et autres alors qu’ils sont visés par une plainte au niveau du tribunal de la commune III pour faux et usage de faux.
En effet, dans une autre procédure, les cadres du parti qui ont convoqué le congrès extraordinaire sont poursuivis en justice pour avoir utilisé et imité des signataires des membres du bureau en vue d’obtenir le quorum de l’initiative dudit congrès.
« Ils sont placés sous contrôle judiciaire au tribunal de la commune III pour cette affaire au pénal. Il y a des preuves irréfutables qu’ils sont en faute. Or, on ne peut pas convoquer un congrès sur la base de faux documents », a ajouté Moussa Sey DIALLO.
En revanche Alkamiss TOURE, un cadre du parti bien que partisan de Gouagnon COULIBALY, estime que les décisions de justice sont interminables. Pour lui, l’objectif n’était pas la confrontation des deux groupes du parti devant la justice.
« Mais à l’impossible nul n’est tenu, car ce sont les Salikou qui ont attaqué en justice les Gouagnon. Ces derniers n’avaient jamais voulu transposer le problème à la justice », a indiqué M. TOURE.
L’autre bureau rétorque en faux en affirmant que ce sont les Gouagnon qui ont introduit une action en justice aux fins de validation de leur congrès extraordinaire.
En dépit de cette crise de confiance qui s’est installée, rien n’est encore perdu pour Salikou qui demeure le 1er vice-président de l’URD, est convaincu M. TOURE, tout en demandant au Pr Salikou de revenir à des meilleurs sentiments afin que la grande famille des héritiers de Soumaila CISSE se retrouvent.
« C’est une situation qui ne nous conforte pas parce que nous aimerons voir les gens de l’URD ensemble. Je ne pense pas qu’il y a un gagnant ou un perdant, mais à un moment donné il faut trancher », a déclaré M. TOURE.
Depuis une année, le parti de feu Soumaila CISSE est plongé dans un conflit de leadership et de positionnement. Et la situation s’est davantage cristallisée avec l’élection de Gouagnon COULIBALY lors d’un congrès extraordinaire convoqué par des membres du bureau politique national frustrés de la gestion du parti par Pr Salikou SANOGO, assurant l’intérim après le décès de Soumaila CISSE.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct