Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le Mali rassure sur l’approvisionnement du marché, jugé «cher»

Malgré le poids des sanctions de la Cédéao sur le Mali, les autorités affirment que les produits de première nécessité seront disponibles « jusqu’au-delà du mois de Ramadan ».Depuis plus d’un mois, l’organisation sous-régionale maintient son embargo sur le pays pour amener les autorités militaires à revoir leur proposition de faire une transition allant de six mois à cinq ans. Mais les craintes commencent à se lire sur les visages à l’approche du mois du jeûne musulman, prévu en avril prochain, sachant que ce pays compte de 94% de musulmans.

 

Cependant, le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, Youssouf Bathily, a fait savoir à la télévision nationale que le marché était pour le moment bien approvisionné. Si Dakar-Bamako était l’axe de prédilection des opérateurs économiques maliens pour le transit des produits, M. Bathily souligne que les autorités ont jeté désormais leur dévolu sur Bamako-Conakry et Bamako-Nouakchott. Déjà, il note qu’une centaine de camions chargés de marchandises et des denrées de première nécessité sont arrivés dans le pays le week-end dernier.

« On avait demandé à une grande partie de nos importateurs de dérouter vers la Guinée et la Mauritanie. Ça commence à arriver, il y a un fort convoi encore qui arrive. Avant bien cet évènement, les gens fréquentaient ce corridor. Tout récemment, on leur a demandé de doubler d’effort pour qu’on puisse basculer une très grande partie vers Nouakchott et la Guinée », a-t-il indiqué dans des propos repris par le site Maliweb.

Dans le quotidien malien L’Essor, le ministre du Commerce Mahmoud Ould Mohamed a souligné pour sa part, vendredi dernier, que « le Mali ne connaîtra pas un défaut d’approvisionnement en denrées de première nécessité et les magasins sont pleins chez plusieurs grossistes ».

Cherté des produits

Par ailleurs, certains détracteurs indiquent que les produits connaissent une hausse exponentielle en dépit de leur disponibilité. Et c’est une situation que déplorent de nombreux Maliens, d’après Malijet qui demande s’il faut « s’inquiéter » avec l’arrivée imminente du Ramadan face aux sanctions de la Cédéao.

« Le blocus des deux organisations sous-régionales (Cédéao et Uemoa) commence à être intenable. Les sanctions, bien qu’illégitimes et illégales, pèsent sur les ménages et sur tout le pays sans que cela n’émeuve réellement le gouvernement qui n’a trouvé d’autres alternatives que de mettre en place un mécanisme pour étudier toutes les possibilités de proposer un chronogramme », estime le journal L’Alternance.

Dans ce « Mécanisme de Concertation » récemment mis en place, comprenant notamment la Cédéao et l’Union africaine (UA), le gouvernement malien cherche à concilier les voies avec la communauté internationale, qui l’appelle à organiser rapidement des élections pour le retour des civils au pouvoir.

Ces derniers jours, l’hypothèse d’une probable candidature du colonel Assimi Goïta à la prochaine présidentielle a été écartée par le projet portant révision de la Charte de la transition, soumis par le Conseil national de transition (CNT), organe législatif dirigé par le colonel Malick Diaw.

Ce nouveau projet de loi ne donne pas clairement la date des futures élections présidentielle et législatives. Mais il fixe la durée de la transition conformément aux recommandations des dernières Assises nationales de la refondation, tenues du 15 au 21 novembre 2021. Celles-ci avaient donné une fourchette de six mois à cinq ans de transition, qui a notamment soulevé l’ire de la Cédéao.

Source : APA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct