Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La colère contre la vie chère en Afrique

Cette semaine, alors que le ramadan a commencé et que les prix déjà élevés ne cessent d’augmenter, le gouvernement tchadien a décidé d’exonérer de TVA et de droits de douane tous les produits de première nécessité.

Le coût de la vie est au centre des préoccupations des citoyens. Il y a quelques semaines, au Zimbabwe, avec l’inflation, le prix du pain est passé de 1,8 à 3,5 dollars, la plaque de beurre de 500 g de 8,5 à 17,7 dollars, et le trajet de bus de 50 à 100%. C’est en décembre 2018 que les premières manifestations ont éclaté au Soudan. La raison : la suppression des subventions publiques qui a doublé le prix du pain.

Si les interdictions de manifestations se multiplient dans tout le continent, tous protestent contre la vie chère. Au Togo, la Ligue des consommateurs avait prévu une marche contre la vie chère ; au Tchad, le collectif contre la vie chère avait appelé mardi 23 avril 2019 à manifester contre la pénurie de gaz.

Riz, légumes, sucre, énergie, les prix ne cessent d’augmenter, et la grogne des consommateurs se fait entendre. De plus, de la Tunisie au Niger, du Mali au Sénégal, les prix flambent au moment du Ramadan. Et le budget des ménages explose. Comment expliquer cette hausse des prix ? Est-elle vraiment si importante ? Quel est le ressenti des consommateurs ?

Avec :
– Vincent Bonnecase, chercheur au sein du Laboratoire les Afriques dans le monde à Sciences Po Bordeaux, spécialiste du coût de la vie au Burkina Faso
– Williams Deonodji Ngargoto, chargé de sensibilisation du collectif contre la vie chère au Tchad.

RFI

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct