Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Guerre Ukraine – Russie : ces Africains qui préfèrent combattre en Ukraine que de rester dans leur pays

Lorsque la Russie a lancé son invasion de l’Ukraine le mois dernier, Ottah Abraham, un Nigérian de 27 ans, a été indigné.

Il a pris son téléphone et a tweeté : “Je veux rejoindre l’équipe.”

Il se trouvait à quelque 8 700 km de la ligne de front, dans un petit appartement de Lagos, la principale ville du Nigeria.

Ce diplômé en philosophie est l’un des centaines d’Africains, originaires de pays comme le Nigeria, le Kenya, le Sénégal, l’Afrique du Sud et l’Algérie, qui se disent prêts à prendre les armes dans la bataille contre la Russie, en partie pour échapper aux sombres perspectives auxquelles sont confrontés de nombreux jeunes hommes chez eux.

 

“Nous savons que c’est la guerre, ce n’est pas un jeu d’enfant”, a-t-il déclaré à la BBC. “Mais être un soldat en Ukraine serait mieux que d’être ici.

“Je serai probablement autorisé à rester si la guerre se termine, en plus je serai un héros et je combattrai un ennemi indéniable”.

Combattre un tyran

Quelque 20 000 volontaires du monde entier se seraient engagés après que le président ukrainien Volodmyr Zelensky a lancé un appel international aux combattants étrangers pour qu’ils “viennent épauler les Ukrainiens”.

Le gouvernement a temporairement supprimé ses exigences en matière de visa et a offert des équipements et un salaire à ceux qui possèdent un passeport valide et une formation militaire. Il n’y a pas eu de confirmation officielle que les combattants étrangers seront autorisés à rester dans le pays après la guerre.

Kereti Usoroh, un Nigérian vivant dans la capitale, Abuja, a déclaré que ses motivations pour se porter volontaire n’avaient rien à voir avec un gain financier ou la perspective de la citoyenneté.

“Je mène déjà une vie confortable. Si je voulais aller en Europe, je le ferais par l’éducation, pas par la guerre”, a déclaré cet avocat de 29 ans.

“Il s’agit de combattre une tyran – l’injustice pour l’un est l’injustice pour tous”.

Des sentiments qui réjouissent les diplomates ukrainiens et quelques jours après l’appel du président Zelenksy, des dizaines de volontaires pleins d’espoir se sont rendus à l’ambassade d’Ukraine à Abuja, avec l’ambition de s’engager.

Les mercenaires ne sont pas les bienvenus

Mais l’ambassade d’Ukraine au Nigeria – comme d’autres en Afrique – a dû faire marche arrière car de nombreux gouvernements du continent ne veulent pas que leurs ressortissants combattent en Ukraine.

“Le Nigeria décourage l’utilisation de mercenaires partout dans le monde et ne tolérera pas leur recrutement”, a écrit le ministère des affaires étrangères du Nigeria dans un communiqué.

Bohdan Soltys, un fonctionnaire de l’ambassade ukrainienne au Nigeria, a déclaré qu’ils ne payaient pas les Africains pour combattre – et que les gens devraient payer leurs propres vols pour rejoindre l’Europe.

“La frontière est mince entre les volontaires étrangers et les mercenaires”, a-t-il déclaré à la BBC.

Il a ensuite précisé qu’il avait reçu l’ordre de refuser les volontaires qui se présenteraient à l’ambassade.

Le Sénégal a également mis en garde ses citoyens contre l’enrôlement dans la guerre et a ordonné à l’ambassadeur d’Ukraine de retirer une publication sur Facebook qui faisait appel à des volontaires sénégalais, qualifiant cet effort de recrutement d'”illégal et punissable par la loi”.

Le ministère algérien des affaires étrangères a émis un ordre similaire à son ambassade ukrainienne.

“Mon pays dit que je n’ai pas le droit d’y aller. J’ai essayé d’écrire au ministère des Affaires étrangères. Ils ne m’ont pas répondu, mais je vais réessayer”, a déclaré à la BBC Belhadj Hani Amir, un Algérien de 28 ans.

“Je veux aller en Ukraine, mais j’espère aussi que cette guerre se termine le plus vite possible”.

L’ambassadrice d’Ukraine en Afrique du Sud, au Mozambique et au Botswana, Liubov Abravitova, a déclaré à la BBC que des centaines de personnes de toute l’Afrique australe s’étaient portées volontaires pour combattre ou travailler à titre humanitaire – mais elle n’a pas pu donner suite à leurs demandes car elle attendait les instructions de leurs gouvernements. L’Afrique du Sud a une loi stricte contre les mercenaires.

En fait, le site officiel de l’Ukraine pour le recrutement de la “légion internationale” de volontaires, qui fournit les coordonnées des ambassades locales dans le monde entier, ne comprend plus de missions dans les pays africains.

Un représentant travaillant pour le site web a confirmé que certains pays africains ont été supprimés en raison de “restrictions réglementaires”.

Les “frères russes”.

L’Algérie, le Sénégal et l’Afrique du Sud faisaient partie des 17 pays africains sur 54 qui se sont abstenus de voter à l’ONU pour condamner l’invasion de l’Ukraine, car ils voulaient éviter de se mettre à dos la Russie.

Et la Russie n’est pas sans soutien en Afrique. Elle a étendu son influence sur le continent, notamment sur le plan militaire, en aidant des pays comme la République centrafricaine (RCA), la Libye, le Mali et le Soudan à combattre les rebelles ou les militants islamistes.

Une vidéo censée montrer des soldats de la RCA jurant de rejoindre leurs “frères russes” a également circulé en ligne, mais la BBC n’a pas pu en vérifier la source de manière indépendante et un représentant du gouvernement n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Vendredi dernier, le ministre russe de la Défense, Sergueï Shoigu, a déclaré que “plus de 16 000 combattants” du Moyen-Orient s’étaient portés volontaires pour combattre avec l’armée russe – il n’est pas clair si ce chiffre inclut des soldats d’Afrique du Nord.

Mais les gouvernements africains ayant pris des mesures restrictives à l’égard du recrutement de leurs propres citoyens, on ne sait pas si certains de ces hommes parviendront au front – et un fonctionnaire ukrainien chargé d’enregistrer les volontaires étrangers a déclaré à la BBC qu’aucun Africain n’était arrivé.

Déception

Pour certains, comme David Osagie Adeleke, originaire de l’État d’Oyo, dans le sud-ouest du Nigeria, c’est un coup dur.

 

Le jeune homme de 21 ans, qui a travaillé comme secouriste pour la Croix-Rouge, se préparait à s’engager comme combattant, ayant rassemblé les documents nécessaires, y compris une lettre de recommandation.

“Je suis allé directement au poste de police pour récupérer mes documents”, a-t-il déclaré, expliquant qu’un casier judiciaire vierge était l’une des exigences pour s’engager.

“Je suis déçu d’apprendre que l’ambassade dit maintenant qu’elle ne nous prendra pas, nous les Africains”.

Ses courriels adressés à l’ambassade d’Ukraine ayant été renvoyés, il cherche des itinéraires alternatifs pour se rendre à la frontière du pays.

“J’ai un entretien avec l’ambassade de Pologne au Nigeria”, a-t-il déclaré.

 

Prince Nkem Nduche, qui faisait partie des personnes présentes à l’ambassade d’Ukraine à Abuja, connaît mieux que quiconque la situation en Ukraine et est plus optimiste.

Il a en fait passé quelque temps en Russie dans sa jeunesse, a la double nationalité et s’est même inscrit à l’académie militaire russe – mais a été emprisonné pendant une courte période, accusé d’être un espion après avoir été repéré à l’ambassade américaine.

Il a fui le pays il y a sept ans, en passant par l’Ukraine, et aurait volontiers combattu la Russie, mais il admet que ce ne sera pas le cas.

“Je voulais partir seul, mais comme le gouvernement nigérian a dit que nous ne pouvions pas partir… je vais leur obéir”, a-t-il déclaré à la BBC.

BBC

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct