Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

EDITORIAL: Perpétuer l’âme de la Liberté

Le 26 Mars 1991, un nouveau soleil de bonheur, de justice et de liberté s’est enfin levé sur notre pays. Un groupe d’officiers des forces armées et de sécurité, conduit par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré, a mis fin aux 23 années de dictature sanguinaire du Général Moussa Traoré. Parachevant ainsi les luttes, protestations et manifestations populaires multiformes contre ce régime oppresseur. En effet, depuis la grève des enseignants et étudiants de l’Ecole Normale Supérieure (EN Sup), au lendemain du coup d’Etat de 1968 perpétré par une junte à la solde de la France, avec le lieutenant Moussa Traoré à sa tête ; les manifestations populaires pour plus de justice, de liberté et de bonne gouvernance n’ont cessé de gagner en ampleur, malgré la cruauté des répressions : enlèvements, détentions sans procès, assassinats, licenciements abusifs, exode massif des cerveaux…

Le peuple malien, creuset d’âmes vaillantes et éprises de justice, est resté debout contre la barbarie, jusqu’au 26 mars 1991 où la convergence des énergies citoyennes a mis fin au règne du Despotisme.

Dans la foulée de cette date qui marque la victoire du peuple malien sur un système tyrannique parmi les plus abjects, il sera mis en place le Comité Transitoire pour le Salut du Peuple (CTSP). Un cadre de direction composé des membres des Forces de l’ordre et de Civils.

31 ans après, le peuple du Mali demeure une Nation résiliente. Il n’a pas courbé l’échine il y a trois décennies. Il le fera encore moins aujourd’hui. Malgré toutes les stratégies mises en place par les héritiers auto-proclamés de la Triste période et leurs complices pour interdire les libertés individuelles et collectives, recourir aux tortures et autres assassinats extrajudiciaires ; le peuple saura être vigilant.

La démocratie, acquise au prix du sang et des larmes des Maliens, demeure le bien le plus cher au cœur des Maliens. Parce que depuis 31 ans, la marche démocratique, en dépit de ses insuffisances, est l’itinéraire le plus bénéfique que les Maliens ont emprunté et qui les a conduits à la liberté, à l’éducation pour tous, aux opportunités économiques diversifiées et décuplées, au mieux-être, à l’accès généralisé aux soins de santé etc.

Plus de 65% de la population malienne sont jeunes. Et tous ceux parmi eux qui ont moins de 45 ans méconnaissent cette période lugubre de notre histoire, et ignorent par là même les sacrifices énormes consentis pour l’avènement de la Démocratie.

Pour paraphraser Tiébilé Dramé, lors des obsèques de Soumeylou Boubeye Maïga, un autre acteur majeur du Mouvement démocratique qui hélas ! est mort en détention préventive en 2022 (qui l’aurait cru !), “Il existe en chaque être une part d’ombre et une part de lumière.” C’est avec cette part de lumière que les démocrates devront éblouir la lanterne de ceux qui, de bonne foi, ignorent les faits. Mais il appartient surtout aux héritiers du Mouvement démocratique de confondre les nostalgiques invétérés de la Dictature, ceux-là mêmes qui n’ont rien appris de l’histoire récente de notre pays.

Les démocrates de tous bords doivent se retrouver dans une union sacrée et sincère. En Démocratie, aucun acquis n’est définitif. Et perpétuer l’âme de la Liberté chèrement obtenue est un devoir sacro-saint pour tous.

Hamidou Konaté 

 

Source: Les Échos-Mali

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct