Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

CMFPR : une vassalisation réussie

La volubilité au Nord se décline désormais sous les facettes les plus improbables. Certains baratinent ainsi : ‘’nous, groupes armés du nord du Mali, constitués par le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), le Haut Conseil de l’Unité de l’Azawad (HCUA), la Coordination des Mouvements et Fronts Patriotiques de Résistance (CMFPR), le Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA) : réaffirmant notre attachement au principe de l’intangibilité des frontières tel que consacré par l’Acte constitutif de l’Union Africaine (…) ; instituons une cellule de contact et de suivi constituée des représentants de tous les groupes armés pour la suite des autres rencontres’’. Imposteurs et usurpateurs de titre et de qualité. Ces gens-là ne sont pas représentatifs des groupes armés du Nord. Le Groupe d’Autodéfense Touareg, Imghads et Alliés (GATIA) qui leur a plusieurs fois flaqué une raclée ; les groupes armés membres de la Plateforme des mouvements du 14 juin ; le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA) qui livre une guerre implacable au Groupe état islamique dans le Grand Sahara de Adnane Abou Walid Al-Sahraoui; la Coalition du peuple pour l’Azawad (CPA) ; le Mouvement populaire pour le salut de l’Azawad (MPSA) sont peut-être des Martiens au Nord. En tout cas, ils ne sont pas nés au Sud et ils n’opèrent pas au Sud, même pas au Centre. C’est quand même gonflé que quelques groupes prétendent représenter l’ensemble des groupes armés du Nord. Ou bien le grand machin international qui érige des zones temporaires de sécurité ou des zones d’exclusion qui a suggéré cette idée démoniaque ?
Mais le passage truculent de cette faconde, c’est le virage stratégique de la Coordination des Mouvements et Fronts Patriotiques de Résistance (CMFPR) qui fait publiquement allégeance à ses nouveaux seigneurs du Mouvement national de libération de l’Aawad (MNLA) et surtout du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA). Ainsi c’était ça le projet. Quand Me TOUREH se glisse discrètement à Kidal, sans mandat ni ordre de mission de la Plateforme des mouvements du 14 juin, c’était en réalité pour aller négocier sa reddition, parce qu’il est devenu la brebis galeuse au sein du Mouvement dont il est le porte-parole forcé et imposé par ce grand machin de la Communauté internationale, dans l’intérêt prétendument du Comité de suivi de l’Accord (CSA). Maintenant qu’il a trouvé grâce aux yeux de ses seigneurs, ce que les gens ne comprennent pas, c’est quand Fahad Ag Almahmoud et des camarades vont rencontrer le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), et qu’un homme lige monte en épingle réquisitoires tapageurs pour leur dénier la qualité de représentants légitimes de la Plateforme. Aux abois et plombée par une perversion idéologique et un déviationnisme alimentaire crapahute partout et survie par un déni toxique de réalité. N’est-il pas temps de réduire la voilure des ambitions toutes théoriques de vouloir se goinfrer à tous les râteliers ?
Dans tous les cas, la polémique ne tardera pas à faire rage autour du timing de l’institution de cette cellule de contact et de suivi constituée des représentants de tous les groupes armés pour la suite des autres rencontres. On vous zieux ! Les yoba-yoba là c’est fini. Maintenant, on veut les gwè. Mais, ça n’arrange pas beaucoup le nouveau vassal des seigneurs de guerre de Kidal, lui qui a toujours besoin de prairies plus verdoyantes les unes que les autres pour brouter non-stop, cadeau. C’est quelle vie de migration ça !

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct