Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

« Ce découpage est fait pour opposer les communautés du nord et permettre aux narcotrafiquants de siéger à L’Assemblée Nationale», Dixit Choguel Kokala MAIGA au meeting du FSD

Le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a tenu son premier meeting le dimanche 28 octobre 2018 au palais de la culture Amadou Hampâté Bah. Lors de cette manifestation politique, les leaders politiques de cette organisation politique ont tiré au vitriol sur le pouvoir.«Montrons autre chose que la parole… La Cour constitutionnelle doit se priver de parler au nom de notre pays…» ! Tels sont les propos virevoltants par lesquels l’avocat et ancien ministre d’Ibrahim Boubacar Kéita, Mohamed Aly Bathily, a entamé son discours à l’occasion du premier meeting du FSD constitué par les principaux opposants qui contestent la réélection d’IBK.

Profitant de l’opportunité, Me Bathily a invité les militants du FSD à aller siéger devant la Cour constitutionnelle pour la contraindre à prendre en compte la plainte déposée contre le président de la République. Il leur a aussi demandé d’empêcher le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf, et les députés de sortir de chez eux.

Le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé, avait déjà ouvert le bal de la contestation en estimant qu’aucune révolte ne sera de trop car, a-t-il ajouté, «la seule vision du régime, c’est de préserver le pouvoir». Pour le chef de file de l’opposition, le projet de découpage administratif est une bombe à fragmentation qui n’a rien à voir avec l’accord d’Alger et n’a fait objet d’aucune consultation.

Pour Dr Choguel Kokala Maïga, la résistance est un devoir pour les Maliens vu le danger de partition et de vassalisation du Mali qui risquerait de devenir le Soudan. «Ce découpage est fait pour opposer les communautés du Nord et permettre aux narcotrafiquants de siéger à l’Assemblée nationale», a expliqué Choguel Kokala. L’ancien ministre de la Communication et de l’Economie numérique a déploré que le Mali se mette au service d’un agenda international.

Ce meeting était aussi le lieu pour Ras-Bath de dévoiler la stratégie du CDR. «Nous allons chercher à connaitre les habitations de tous les députés et les ministres», a-t-il indiqué. Pour Ras-Bath, la résistance s’impose et l’UNTM et les commerçants ont obligation morale de prendre leurs responsabilités.

Ce premier meeting du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a enregistré la présence de plusieurs personnalités de l’opposition, dont Oumar Hamadoun Dicko et Moussa Sinko Coulibaly.

Le Matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct