Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Assemblée nationale : Du fond de sa cellule, Bakary Togola passe le premier cap

Conformément au chronogramme électoral, la Cour constitutionnelle a procédé, le mardi 25 février 2020, à la proclamation de la liste provisoire des candidatures pour l’élection des députés à l’Assemblée nationale. Ce qu’on retient principalement de cette proclamation, c’est la validation de 545 listes de candidatures sur 560, dont celle de Bakary Togola, dans la circonscription électorale de Bougouni.

Les 15 listes de candidatures rejetées par la Cour constitutionnelle pour divers motifs sont celle de ADP-Maliba dans circonscription électorale de Bafoulabé, la liste Yelema (circonscription électorale de Goundam), la liste ADP-Maliba dans la circonscription électorale de Niono, la liste Pmds avec deux Indépendants dans la circonscription électorale de Bandiagara, la liste des candidatures indépendantes Baguine dans la circonscription électorale de Kolokani, la liste (parti UPD) dans la circonscription électorale de Kidal, la liste du Parti démocratique pour l’alternance et le renouveau (Pdar-Mjcd) dans la circonscription électorale de la commune V du district de Bamako, la liste Repensons la politique dans la circonscription électorale de la commune IV du district de Bamako, la liste Adema-Pasj, URD et RPM dans la circonscription électorale de Mopti, les listes Fare Anka Wuli et Asma-CFP dans la circonscription électorale de Niafunké, la liste indépendante des candidats Demba Lah, Fousseyni Diarra, Sadio Diarra dans la circonscription électorale de la commune II du district de Bamako, les listes ADP-Maliba et Asma-CFP dans la circonscription de Tombouctou.

La grande surprise dans cette proclamation de la liste provisoire des candidatures pour l’élection des députés à l’Assemblée nationale vient de la validation de la liste RPM-URD-PM dans la circonscription de Bougouni, région de Sikasso. Le nom de l’ancien président de la Chambre d’agriculture du Mali (Apcam), Bakary Togola, actuellement en prison pour détournements de deniers publics, sur la base du faux et usage de faux, soustractions frauduleuses et autres malversations à la confédération des Sociétés coopératives de producteurs de coton (C-Scpc) pour un montant de 9.462 milliards FCFA. La nouvelle de sa candidature pour ces élections a créé un peu de frustrations auprès de certains qui pensent que son dossier ne devrait pas être accepté au regard de la situation judiciaire dans laquelle il se trouve. Mais pour d’autres, il bénéficie toujours de la présomption d’innocence. C’est-à-dire qu’il pourrait être blanchi de cette accusation et qu’à ce titre, il a le plein droit de se présenter. Mais la Cour vient de trancher pour mettre fin définitivement au débat, en acceptant sa candidature pour ces élections.

Requête « irrecevable »

Me Mountaga Tall, président du Cnid-FYT, avait introduit un recours demandant l’annulation des élections législatives du 29 mars 2020. Une requête jugée irrecevable par la Cour.

« Qu’à cette étape du processus électoral devant aboutir à l’élection des députés à l’Assemblée nationale, la Cour aux termes de l’article 163 de la Loi électorale connait exclusivement de l’examen de la validité des listes de candidatures et non de l’opportunité de la tenue de ladite élection dont l’intérêt, au demeurant, a été reconnu par le parti du requérant, le Cnid-FYT, qui a présenté des listes de candidatures dans onze circonscriptions électorales : Koulikoro, Nara, Kolokani, Koutiala, Sikasso, Barouéli, Ségou, Ténenkou, les communes II, V et VI du district de Bamako », a répondu la Cour constitutionnelle à la requête de Me Tall. Ce dernier n’était pas d’ailleurs seul à demander cette annulation auprès de la Cour.

M. Dolo

Le Tjikan

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct