Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Après le départ de Nango Dembélé : Inquiétudes chez les cotonculteurs maliens

De nombreux paysans producteurs de coton se sont spécialement déplacés à Bamako le 9 mai 2019 pour manifester leurs inquiétudes après le départ de Nango Dembélé du ministère de l’Agriculture. «J’ai un peu plus de 60 ans maintenant, mais depuis que j’ai commencé à produire du coton, je n’ai jamais vu un ministre dévoué à la cause des paysans comme Nango Dembélé, il partait dans les champs avec nous, s’asseyait sous l’arbre avec nous pour nous conseiller », a déclaré Sitan Coulibaly, venue de Koutiala.

Les paysans qui disent être inquiets du départ de Nango Dembélé du département de l’agriculture tiennent pourtant à remercier le président IBK pour leur avoir donné un bon collaborateur. Selon Sitan Coulibaly, le désormais ex-ministre de l’agriculture était un homme de terrain, un fils de paysan resté fidèle aux paysans avec de nombreux projets et appuis divers pour booster la production du coton.

Ces paysans sont réunis au sein du Collectif des producteurs de coton qui avait croisé le fer avec Bakary Togola en 2016, le président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM) qui s’est réélu à la tête de la faitière paysanne. «Nango est venu dans ce contexte difficile entre paysans, au moment du renouvellement des instances du sommet à la base que nous contestions. Il nous a réunis afin de mettre fin à ce problème », a déclaré Yacouba Koné, un paysan de Kadiolo dans la région de Sikasso.

Plusieurs producteurs ont déclaré avoir pris la décision de voter pour IBK lors de la présidentielle passée à cause de Nango Dembélé. «Moi personnellement je n’étais pas pour Boua, il ne m’avait pas convaincu. C’est grâce à Nango Dembélé que j’ai voté pour lui ; et si celui qui m’a convaincu n’est plus ministre, il y a de quoi s’inquiéter », a commenté Yacouba Koné qui souhaite que le remplaçant de Nango puisse être à la hauteur.

Parmi les faits d’arme de Nango Dembélé, les paysans rappellent qu’il y a l’approvisionnement correct des paysans en engrais de bonne qualité et en quantité suffisante, ce qui a valu au Mali la place de premier producteur de coton d’Afrique et apporté l’amélioration des revenus des millions des petits producteurs de coton. Ils citent aussi la production de dix millions de tonnes de céréales avec des dispositifs de gestion des céréales, un objectif que le pays s’était fixé depuis 2009 sans pouvoir l’atteindre.

Soumaila T. Diarra

 

Source: Le Républicain

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct