Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

31 e Journées Annuelles du Club des Dirigeants de Banques et Établissements de Crédit d’Afrique Le Premier ministre satisfait de l’opportunité visant à faciliter et élargir les concours financiers aux PME

Dr. Boubou CISSÉ, Premier ministre, et Ministre de
l’Économie et des Finances, a présidé la cérémonie
d’ouverture des Journées Annuelles du Club des
Dirigeants de Banques et Établissements de Crédit
d’Afrique. C’était hier jeudi 13 février 2020, à l’Hôtel
Sheraton.

Étaient présents à cette 31 ème Journées Annuelles du Club
des Dirigeants de Banques et Établissements de Crédit
d’Afrique : la Présidente du Club des Dirigeants de
Banques et Établissements de Crédit d’Afrique ; du
Représentant du Président de l’Agence Monétaire de
l’Afrique de l’Ouest (AMAO) ; du Représentant de la

Banque de la République du Burundi ; du Directeur
National de la BCEAO pour le Mali ; du Président de
l’Association Professionnelle des Banques
et Établissements Financiers du MALI (APBEF-Mali), et de
la Fédération des Associations Professionnelles des
banques de l’UEMOA ; les Directeurs Généraux des
Banques et Établissements de Crédit ; les membres du
Club des Dirigeants et Établissements de Crédit d’Afrique.
Au cours de la présente Journée Annuelle du Club de s
Dirigeants de Banques et Établissements de Crédit
d’Afrique, la Présidente du Club Aïssata Koné Sidibé a
formulé que 90% des entreprises africaines bénéficient de
financements        bancaires pour la réalisation de leurs
opérations de leurs opérations. Selon elle, la fonction de
financier est de plus en plus limitée par le respect des
nouvelles règles émises par le régulateur.
Le Directeur national de la BCEAO,  M. KonzoTraoré, a
indiqué que, la BCEAO a entrepris des réformes dans le
cadre d’une démarche participante impliquant l’ensemble
des acteurs. Aussi, des structures de concertations
comprenant à la fois le régulateur et les banques de la
zone ont ainsi été mises en place. En outre, il a ajouté
que, malgré les contraintes induites, les réformes
introduites étaient nécessaires dans un monde en
perpétuel changement.
Pour sa part, le Premier ministre Dr
Boubou Cissé asouhaité au nom du Gouvernement et en
son nom propre, la bienvenue à Bamako des experts
financiers, à cette occasion de la 31 e  édition des Journées
Annuelles du Club des Dirigeants de Banques
et Établissements de Crédit d’Afrique.
Sous la thématique : « les préoccupations des banques
africaines, face aux nouvelles contraintes
réglementaires », le Premier ministre a annoncé que le
financement de l’économie nationale dans le nouveau
contexte réglementaire reste une grande préoccupation
des pouvoirs publics et des autorités monétaires qui, par

ailleurs, œuvrent inlassablement au quotidien, pour
susciter l’accroissement des financements bancaires et,
par ricochet, une inclusion financière durable des
populations.
« Les présentes Journées Annuelles constituent pour
nous, pouvoirs publics, la preuve rassurante des réflexions
profondes qui continuent d’être menées notamment sur
l’impact de ce dispositif sur le financement de
l’économie et le rôle important des banques et
établissements de crédit. Il s’agit en particulier, des
moyens d’assurer la promotion d’une épargne stable et
sécurisée, le financement adéquat des besoins des agents
économiques, le développement de services et produits
bancaires innovants, diversifiés et adaptés aux besoins de
l’économie et des populations » a-t-il annoncé.
À l’en croire, cette rencontre pourrait offrir l’opportunité
d’explorer les moyens de renforcer les mesures déjà
prises par les Autorités monétaires et visant à faciliter et
élargir les concours financiers aux PME souvent
délaissées dans notre région.
En effet, il a rappelé que les journées annuelles du Club
des Dirigeants de Banques et Établissements de Crédit
offrent un cadre d’échanges, de concertation et de partage
qui doivent permettre de conduire des réflexions
approfondies sur différentes problématiques, notamment :
la promotion et la vulgarisation des produits et services
bancaires ; l’information, la sensibilisation et l’éducation
financière des populations ; la bancarisation de l’économie
et la promotion des moyens de paiement (scripturaux,
électroniques, monétique) ; la réponse aux
préoccupations exprimées par les agents économiques,
notamment en matière de financement ; la promotion d’un
système financier dynamique et performant au service du
développement et de la croissance économique de
l’Afrique ; la construction d’un véritable partenariat avec

les organisations professionnelles à travers un dialogue
franc et constructif.
Il a par la suite fortement apprécié les efforts déployés par
le système bancaire africain dont : ils sont les porte-
étendards dans le cadre de l’inclusion financière à travers
l’extension des réseaux de distribution, en dépit des
difficultés et des insuffisances d’infrastructures constatées
dans les lieux de vos implantations.
Aussi, d’ajouter que pour s’organiser autrement et
répondre aux défis importants qui se dessinent à
l’horizon, les perspectives économiques en Afrique
s’annoncent favorables, avec la création de la zone de
libre-échange, qui est en cours avec la poursuite des
ratifications, sera décisive pour le continent africain dans
le renforcement des économies, le soutien à l’innovation,
la création d’emplois, et plus globalement, dans la
réalisation d’une croissance inclusive durable.
« Ainsi, la décision des Chefs d’État et de Gouvernement
de créer à l’horizon 2020 une zone de libre-échange
continental africaine qui s’étendra sur un marché de 1,2
milliard de personnes représentant un produit intérieur brut
de 2.500 milliards de dollars pour l’ensemble des 55 États
membres de l’Union Africaine constitue un important défi à
relever ensemble », a-t-il laissé entendre.
Il a rappelé que : le Club, en pérennisant ces journées de
réflexion, crée dans un univers où le changement et
l’innovation sont permanents, un cadre propice de partage
d’expériences et de bonnes pratiques avec d’autres
espaces sur les nombreux défis constants du système
financier.
Pour clore son intervention, il a indiqué que : « je ne doute
nullement que vos réflexions, à travers les différents
panels constitués, permettront d'identifier de nouvelles
pistes de progrès pour une exploitation optimale du métier
de la banque dans le cadre du respect de la

réglementation en vigueur, sans préjudice pour la stabilité
financière et la protection des dépôts de nos
populations ».
Aïssétou Cissé

 

Source: lecombat

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct