Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Transparence de la vie publique: le chantier gigantesque de Transparency

Après le lancement national du Projet ‘’Renforcement de la présence de Transparency International (TI) en Afrique subsaharienne-Volet IV’’, c’était, hier, le lancement des activités, dans la salle de conférence du Ministère de la Culture sis à la Cité administrative. Quel est l’objectif du Projet ?

 

La cérémonie de lancement a enregistré la présence des représentants des ministères de la Culture ; de la Jeunesse et des Sports ; de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation; du Bureau du Vérificateur Général ; de OCLEI ; des leaders religieux ; du RECOTRADE ; de l’Association des Pionniers du Mali.
Elle a été émaillée de plusieurs interventions.
Le représentant du Maire de la Commune IV, Abdallah YATTARA, a invité à la détermination pour débusquer et condamner les auteurs de corruption.
Le Coordinateur général des Chefs de quartiers du District, El Hadj Bamoussa TOURE, se fondant sur ce qui est attendu des autorités traditionnelles et coutumières sur le chantier important de la lutte contre la corruption, l’impunité, pour la transparence, et la bonne gouvernance, s’est engagé : ‘’nous occuperons notre place, toute notre place, nous jouerons notre rôle, tout notre rôle, à commencer par interroger nos traditions, nos us et coutumes, nos valeurs sociales pour ressourcer, alimenter les structures et instruments juridiques nationaux et internationaux existants dans notre pays’’.
Le Président de CRI-2002, Dr Abdoulaye SALL, a rappelé que le combat de son association est le combat du Mali. D’où l’élaboration tous les 5 ans de stratégies pour la mise en œuvre de sa vision, avec en ligne de mire de relever 2 défis : les changements politiques et institutionnels et les changements de comportement, dans le cadre duquel s’inscrit le présent projet.
Il a également expliqué le choix du ministère de la Culture pour le lancement des activités du Projet par la nécessité d’interroger notre culture pour lutter contre la corruption.
Pour la mise en œuvre des activités du Projet dans notre pays, a fait savoir M. SALL, conformément aux objectifs et cibles convenus, c’est CRI-2002, think tank associatif et contact national de TI, qui est responsable.
Dans notre pays, de façon globale, l’objectif du Projet est de promouvoir l’intégrité dans la gestion des affaires publiques aux niveaux national, déconcentrés, et décentralisés dans le pays à travers le dialogue avec les différents acteurs nationaux et l’engagement citoyen.
Spécifiquement, les objectifs suivants lui sont assignés: outiller au moins cent acteurs et partenaires sur la dynamique de l’Objectif de développement durable (ODD) 16 couplé avec les pratiques sportives et/ou artistiques comme facteurs, vecteurs, viatiques, pour ‘’lutter ensemble contre la Corruption au Mali’’ ; mettre en œuvre au moins deux initiatives citoyennes en faveur de la transparence, de la redevabilité et de la culture du mérite pour réduire la corruption à travers les Centres d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne (CAJAC) ; au moins trois Journées d’Engagements Publics (JEP) sont organisées et tenues couplées avec les pratiques sportives et/ou artistiques sur une meilleure connaissance, et une meilleure compréhension des instruments juridiques nationaux et internationaux de lutte contre la corruption à Kayes, Bamako, Sikasso et Ségou à travers les Centres d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne (CAJAC).
Baptiste GAICH, Chargé de mission société civile, Correspondant Genre/Environnement, à l’Ambassade de France, a présenté la corruption comme un poison pour la société et pour l’Etat. Pour la combattre, poursuit-il, il faut certes des moyens ; mais il faut également de la volonté. Elle concerne tous les individus, notamment la société civile qui doit la dénoncer et travailler avec l’administration pour l’éradiquer.
Dans son discours de lancement, le Secrétaire général du ministère de la Culture, Yamoussa FANE, a rappelé que TI créé en 1993, se fixe comme vocation principale de « s’engager, et d’engager, par des mesures constructives la lutte pour la transparence de la vie publique, l’intégrité, et contre la corruption qualifiée au Mali ‘’d’endémique, voire de systémique, sans pour autant être une fatalité’’ « , et, pour ce Projet avec l’appui financier du Ministère français de l’Europe et des Affaires Etrangères.
Il s’est fait sien le propos du Président de la Transition : ‘’l’argent public est sacré’’, en invitant d’inculquer cette sacralité à tout le monde et partout.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct