Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Risques et dangers: la vie des chercheurs de sable du Mali

Un boom immobilier dans la capitale malienne, Bamako, a provoqué une augmentation de la demande de briques fabriquées à partir de sable de haute qualité creusé à la main dans le lit du fleuve Niger.

Le travail est ardu, risqué et, à bien des égards, mal rémunéré.

Les chercheurs de parcourent parfois plus de 100 kilomètres de Bamako pour atteindre un site d’extraction.

Une fois là-bas, ils plongent vers le lit du fleuve, parfois jusqu’à une profondeur de trois mètres , remplissant à la main des seaux .

Le travail comporte de nombreux dangers, allant des courants perfides d aux tempêtes puissantes qui peuvent mettre en péril leur fragile métier.

Un bateau peut transporter jusqu’à 10 tonnes de sable, vendu environ 50 000 CFA (environ 80 dollars).

Les hommes gagnent entre 9 000 et 13 000 francs CFA (environ 16 à 23 dollars, 14 à 20 euros) pour trois jours de travail.

Le sable est déchargé à Bamako par les femmes, qui gagnent 1 000 CFA (environ 1,75 USD) par envoi.

L’industrie est illégale et le nombre de personnes est inconnu, mais il  semble que le chiffre soit des milliers.

Le Mali  classé 182ème sur 190 pays dans l’Indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement.

Source: intellivoire

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct