Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

PRODUITS PHARMACEUTIQUES : 90% des besoins du Continent africain proviennent de l’étranger

Investir durablement dans la formation du capital humain, soutenir la croissance du secteur privé, œuvrer à la relance économique post Covid 19, voilà entre autres des défis majeurs pour le continent africain à l’horizon 2030. En plus de ces défis, la « santé » des africains doit être soutenue par des industries pharmaceutiques modernes. Chose qui reste une « thérapie » à réussir. Selon les chiffres officiels, le continent débourse chaque année, plus de 80 milliards de dollars dans des industries pharmaceutiques étrangères pour l’achat de médicaments. Ce chiffre représente 90% des besoins de produits pharmaceutiques sur le continent.

Aujourd’hui plus que jamais, en cette période de crise sanitaire qui secoue le monde, la question du financement d’industries pharmaceutiques qui répondent aux besoins des africains se pose.

Se référant aux dernières statistiques, seulement 10% des besoins de médicaments pour le continent sont disponibles sur place. Le reste des 90% de la demande est assuré par les commandes qui viennent de l’étranger précisément de l’Europe. L’industrie pharmaceutique locale est donc une question de survie et d’enjeu majeur pour la bonne santé des ressources humaines, indissociables du développement socio-économique du continent.

L’urgence est donc là, et il « est impossible à reporter » estime Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’Union Africaine, sur la tribune de la 20e conférence pour la reconstitution des ressources de l’Association internationale de développement (IDA-20), dont les travaux se sont déroulés hier jeudi 15 juillet 2021, à Abidjan, dans la capitale ivoirienne, en présence d’une quinzaine de chefs d’Etats africains. Cette conférence vise à soutenir une relance forte de l’économie africaine suite à la crise engendrée par la pandémie du coronavirus.

Profitant de l’occasion, le président de la commission de l’UA, a soutenu la nécessité d’une action concrète avec l’OMS et d’autres opérateurs spécialisés dans le domaine pharmaceutique tout en faisant appel à l’intelligentsia africaine, au transfert des technologies, afin de produire « localement des vaccins » et toutes autres sortes de « produits pharmaceutiques », matériels, et équipements médicaux. Une priorité désormais pour l’Union Africaine.

L’agence africaine de médicaments, en étroite collaboration avec Africa CDC seront un levier pour atteindre cet objectif majeur, qui oblige de nos jours plus d’un décideur africain. « Moins de 3% de la population totale de l’Afrique a reçu une première dose de vaccin de la Covid 19, contre environ 54% aux Etats Unis, ou dans l’union Européenne » a examiné le chef d’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, se prononçant sur la question de la médecine africaine.

Pour soutenir la résilience post Covid 19 et la transformation des économies africaines, ce 20ième rendez-vous de l’IDA, visait à mobiliser, « au moins 100 Milliards de dollars » avant la fin de l’année 2021.

Ousmane Tangara

Source: Bamakonews

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct