Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

La France “préoccupée” pour la stabilité du Tchad

La France est “préoccupée” pour la stabilité du Tchad après la mort du président Idriss Déby Itno mais “ne croit pas” à un retrait des troupes tchadiennes engagées dans les pays voisins pour la sécurité du Sahel, a déclaré jeudi le chef de la diplomatie française. “Elle (la situation) me préoccupe. Il faut être très vigilant sur la stabilité de la situation. Est-ce que le Conseil militaire de transition va assurer la stabilité, l’intégrité du Tchad ?”, s’est interrogé Jean-Yves Le Drian sur la chaîne France 2.

“Et puis ensuite comment il va pouvoir mettre en ouvre un processus démocratique et comment par ailleurs l’armée tchadienne va remplir ses engagements à l’égard de la Force conjointe du Sahel”, a ajouté le ministre, dont le pays est lui-même très engagé au Sahel avec la force antijihadiste Barkhane, qui compte plus de 5.000 hommes.

Interrogé sur un possible retrait de troupes tchadiennes, notamment de la région dite des “trois frontières” entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, il a répondu : “Je ne l’imagine pas (…) Je ne crois pas que le Conseil militaire de transtion va revenir sur ces engagements”.

“Les chefs d’Etat du Sahel sont interrogatifs mais en même temps il y a des accords politiques qui ont été passés entre les cinq pays (de la région) pour assurer leur sécurité mutuelle, y compris par la présence de forces tchadiennes au Niger dans ce qu’on appelle les +Trois frontières+”, a souligné Jean-Yves Le Drian.

“La tâche (du Conseil militaire de transition) sera d’assurer la stabilité du pays et de mettre en oeuvre un processus démocratique qui devra être le plus rapide possible”, a-t-il réitéré. “C’est aussi la position des chefs d’Etat africains”, a-t-il noté.Jean-Yves Le Drian a par ailleurs justifié la mise en place d’une transition militaire, confiée au fils du président défunt, Mahamat Idriss Déby, en relevant que le président de l’Assemblée nationale avait renoncé à assurer l’interim pour des raisons sécuritaires.

“Logiquement ce devrait être le président de l’Assemblée nationale tchadienne, M. (Haroun) Kabadi, qui devrait prendre la transition. Mais il a refusé en raison des situations exceptionnelles de sécurité et nécessité d’assurer la stabilité de ce pays”, a fait observer le chef de la diplomatie française.

“Il a dit +moi je veux que ce soit un conseil militaire qui assure aujourd’hui la sécurité du pays mais il faut que la transition puisse s’engager de manière sereine, démocratique, transparente et rapide+”, a ajouté Jean-Yves Le Drian.

Le Conseil militaire de transition (CMT) est composé de 15 généraux connus pour être dans le cercle des plus fidèles du défunt chef de l’État. Ce CMT a assuré que de nouvelles institutions verraient le jour après des élections “libres et démocratiques” dans un an et demi.

Source: AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct