Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Éducation : les enseignants volontaires, un pis-aller pour sauver l’année scolaire ?

Le gouvernement a mis sa menace en exécution en décidant de recruter des enseignants volontaires pour 6 mois sur toute l’étendue du territoire national. Les nouvelles recrues devront commencer les cours cette semaine, selon le programme initial que nous avons pu consulter.

Au Mali, les années scolaires passent et se ressemblent en raison des grèves interminables des enseignants. Un bras de fer tendu oppose la synergie des syndicats des enseignants au gouvernement depuis quelques mois et l’accalmie est loin d’être de retour. L’annonce du recrutement exceptionnel de 15 300 enseignants volontaires par le Premier ministre, M. Boubou Cissé, et la récente décision de prélever sur les salaires des enseignants les 19 jours de grève observés n’ont pas arrangé la situation.

Le gouvernement du Mali a décidé de mettre en place ce programme exceptionnel de recrutement des volontaires dans le secteur de l’éducation pour faire face à la grève des enseignants. La prise de fonction de cette nouvelle corporation, prévue dans les jours à venir, fait déjà l’objet de plusieurs polémiques.

Le Centre national pour la promotion du volontariat, sous l’égide du ministère de la Jeunesse et des Sports, a procédé au lancement d’un programme de recrutement exceptionnel de 10300 enseignants volontaires pour l’enseignement fondamental (premier cycle et second cycle couplés) et de 5 000 pour le secondaire général pour une durée de six mois. Ces enseignants volontaires sont prédestinés à combler le vide de pédagogues dans les zones reculées du Mali et à assurer l’intérim du corps enseignant.

Ne pas se tromper de combat, ni de cible

Cette décision du gouvernement se trouve au cœur d’une controverse au sein de l’opinion nationale. Bakary Kamaté, enseignant gréviste au Groupe scolaire de Magnambougou, quartier populaire de Bamako, se montre assez mesuré sur le recrutement des enseignants volontaires. Il exhorte certains de ces collègues exaspérés qui profèrent des menaces verbales à l’endroit des enseignants volontaires à ne pas se tromper de combat ni de cible et de savoir raison garder, malgré les provocations et les tentatives d’intimidation. «La plupart de ces enseignants volontaires n’ont pas les compétences nécessaires pour dispenser des cours pédagogiques dans une salle de classe hormis une petite quantité d’entre eux qui savent comment tenir la craie à la main. Et ce n’est pas après une formation accélérée de 5 jours que le miracle pourra se produire. Le gouvernement se tire une balle dans le pied, car il est entrain de mettre en place une milice en recrutant des mercenaires dans le domaine de l’éducation et il doit s’attendre à un effet boomerang», prévient-il.

Les sortants des IFM se frottent les mains

Les enseignants volontaires retenus ont bien accueilli la bonne nouvelle. Longtemps laissés sur la touche avec leurs diplômes des IFM (Institut de formation des maîtres) dans les tiroirs ou exploités par des écoles privées pour les plus zèlés, ce recrutement volontaire est une aubaine, une opportunité inespérée à saisir pour mettre fin à des années de chômage malgré un besoin réel croissant d’enseignants sur l’étendue du territoire national.

Alphousseini Diakité, enseignant volontaire en formation à l’Académie d’enseignement de la rive droite de Bamako, affirme que le volontariat est un acte de patriotisme et non un projet à but uniquement lucratif .«Certains enseignants grévistes nous taxent de tous les qualificatifs sur les réseaux sociaux et pensent que le gouvernement veut nous utiliser comme appât pour les faire revenir dans les salles de classe, confie-t-il. Nous aurons un rôle de suppléants sur le terrain et notre tâche serait d’assister les maîtres titulaires pour mieux apprendre, même si l’espérance d’un potentiel recrutement dans la fonction publique reste un vœu. Les enseignants volontaires ne sont pas les frères ennemis des enseignants grévistes, car les deux parties espèrent une sortie rapide de cette crise qui perdure et prend en otage l’année scolaire. »

Les avis divergent sur l’efficacité de cette décision et le rendement espéré de cette nouvelle expérience dans le milieu scolaire. Les parents d’élèves ne savent plus à quel saint se vouer. Ils ont peur de voir leurs enfants à la portée de l’oisiveté et de toutes sortes de périls dans la rue.

«Le gouvernement doit prendre ses responsabilités en augmentant le budget alloué à l’éducation pour éviter de nous faire vivre ce genre de calvaire chaque année. Il doit aussi mettre les enseignants dans les conditions optimales de travail pour procurer un enseignement de qualité à nos enfants qui sont les premières victimes de cette grève »réagit Saoudatou Diallo, trésorière du Comité de gestion scolaire (CGS) à l’école publique de Kalabancoura,  un autre quartier populaire de Bamako.

 

Source: benbere

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct