Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Edito : Vers un curieux renouvellement d’un mandat

Le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu, avant-hier lundi, sa réunion d’information trimestrielle sur le Mali. Cette réunion intervient à une dizaine de jours du renouvellement du mandat de la Minusma qui expire le 30 juin prochain. Le Représentant spécial et chef de la Minusma, El-Ghassim Wane, qui se trouve actuellement à New York, a fait un exposé aux quinze membres. Le ministre des Affaires étrangères de la transition du Mali, Abdoulaye Diop, a tenu un discours de vérité, de clarification et de mise au point. Après une consultation à huis-clos, les membres du Conseil ont reçu le projet de résolution renouvelant le mandat de la mission. Le mandat de la Minusma sera renouvelé au moment où elle est, d’une part, de plus en plus décriée par la majorité des Maliens. Et d’autre part après qu’elle (Minusma) a déclaré qu’elle était dans une situation intenable au Mali. Mais au lieu de demander à partir, incompréhensiblement et curieusement,  elle cherche à contrario à s’accrocher. A quelle fin ?

Stratégiquement, quand une force militaire se trouve dans une situation intenable, elle décroche pour éviter d’être décimée. La Minusma n’étant plus sous mandat de la résolution 2100 du  Conseil de sécurité relevant du chapitre 7 de l’ONU qui l’avait créée et faisait d’elle une force coercitive contre toutes les forces hostiles à l’État du Mali, lui faisant obligation de protéger l’ensemble de ses populations civiles, tout observateur est en droit de se  demander sur la base de qu’elle logique elle persiste à vouloir  rester au Mali, se faire décimer inutilement par les groupes terroristes qu’elle dit ne pas être venue combattre. Quel paradoxe !

C’est un secret de polichinelle. La Minusma, au lieu de protéger les populations civiles maliennes, s’est transformée en une commission d’enquête avec des rapports biaisés, partisanes. Depuis quand les casques bleus de l’ONU ont pour mission de mener des enquêtes dans les pays où ils sont déployés ? Leur mission principale est de protéger les populations civiles contre les bandes terroristes, qu’ils refusent de faire.  Le constat général est qu’au Mali, ils ont refusé de se battre contre les terroristes comme au Congo et en Centrafricaine, etc. Leur premier mandat était robuste, mais la France a refusé leur implication dans les combats. Ils ont perdu tellement de soldats car les bandes terroristes attaquent leurs camps où ils sont retranchés ou posent des engins explosifs sur leur chemin.

Au Mali, la Minusma n’a servi à rien. C’est une énorme machine bureautique qui engloutit 1 milliard de dollars pour se prélasser dans les meilleurs hôtels de Bamako et toucher des salaires mirobolants. Cette force onusienne est tellement barricadée qu’on a l’impression que ce sont les Maliens qui doivent protéger la Minusma. La preuve a été donnée par Barkhane qui s’accrochait pour rester au Mali, afin de protéger la Minusma. Une histoire à rendre fou.  Dans de telles conditions, comment les autorités ont accepté de renouveler le mandat de la Minusma, une force qui n’a rien servi et qui ne sert à rien. Car elle donne l’impression d’être une agence touristique. Une force inutile, inefficace, encombrante qui livre ses soldats à une mort certaine.

A.Touré

Source: Le Démocrate- Mali

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct