Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Droits de Tirage Spéciaux du FMI : l’Afrique se partage 33 milliards, le Mali absent des bénéficiaires

Les Droits de Tirage Spéciaux (DTS) du Fonds Monétaire International (FMI), sont entrés en vigueur hier lundi 23 août 2021. Quelques économies africaines peuvent déjà compter sur leurs (DTS) convertibles en liquidité. Il s’agit notamment de la Côte d’ivoire, du Sénégal, du Burkina Faso, ou encore de l’Afrique du Sud. D’un montant global de 650 milliards de dollars, l’Afrique s’attend à amasser une portion de 33 milliards de dollars de ces Droits de Tirage Spéciaux.

Si ce montant est jugé insatisfaisant au regard des enjeux sur le Continent pendant et après la covid 19, les espoirs restent de mise. Parce que, le montant initial prévu pour le Continent pourrait être revu à la hausse si toutefois les pays riches, qui ont les Droits plus élevés, acceptent « volontiers » de transférer à des pays africains, leurs parts de DTS qu’ils n’auront pas à utiliser.

Comme il fallait s’y attendre, les pays « riches » comme les Etats Unis d’Amérique, en amassent la part du lion. (118 milliards de dollars) pour les Etats Unis, (43 milliards de dollars) pour la Chine.

Cet outil privilégié du FMI, vise à garantir selon l’institution financière la « liquidité » dans le monde. Sur le Continent africain, l’Afrique du Sud arrive en tête des tirages avec 4,3 milliards de dollars, soit 0,6% de l’allocation totale des droits de tirage. Suivi du Nigéria, une autre figure économique du continent, qui tirera 3,5 milliards de dollars.

Ces droits de tirage spéciaux, de principe, visent à accroître les liquidités dans le monde, et surtout à surmonter les défis actuels auxquels l’humanité est confrontée.

« Il s’agit d’une décision historique. La plus importante allocation de DTS de l’histoire du FMI » s’est réjouie la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, dans un communiqué de presse. Il s’agit, « d’une bouffée d’oxygène pour l’économie mondiale en cette période de crise sans précédent » a-t-elle déclaré, ajoutant que : « Cette allocation de DTS profitera à tous les pays membres, répondra au besoin mondial de réserves à long terme, stimulera la confiance et renforcera la résilience et la stabilité de l’économie mondiale. Elle aidera particulièrement nos pays membres les plus vulnérables qui s’emploient à surmonter les effets de la crise de la COVID-19 ».

En Afrique de l’Ouest, la Côte d’ivoire est bénéficiaire. Le pays de l’ancien fonctionnaire du FMI, Alassane Dramane Ouattara, recevra 925,6 millions de dollars. Il est suivi du Sénégal, qui pourra compter sur 460,5 millions de dollars. Le Cameroun prélève 393 millions de dollars, le Togo 208,9 millions de dollars, le Tchad 199 millions de dollars, le Bénin 176,1 millions de dollars, et le Burkina Faso 171,4 millions de dollars.

Pour s’octroyer ces fonds, les pays bénéficiaires devaient présenter des projets structurants, justifiant leur utilisation pour répondre aux perspectives économiques post covid 19. Spécifiquement, note-t-on du FMI, les pays devraient investir dans la croissance verte.

A l’origine de l’initiative, les DTS sont un instrument du FMI, pour garantir de la liquidité dans le monde. Toutefois, ils ne sont pas une monnaie, mais plutôt un moyen pour le FMI, d’octroyer à chaque pays membre bénéficiaire, une certaine quantité de droit de tirage, convertible en devise. L’Afrique, qui a le plus besoin de ces droits, a toutefois une faible quote-part, à partir de laquelle justement, les fonds sont en effet repartis.

Ousmane Tangara

Source: Bamakonews

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct