Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

APEJ : des résultats encourageants

L’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ) a tenu, hier, la 24è session de son conseil d’administration, dans les locaux du Conseil national du patronat du Mali (CNPM) à l’ACI 2000. La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de l’Emploi et de la Formation Promotionnelle, Mohamed Salia Touré, désormais porte-parole du gouvernement, en présence des administrateurs.

 

L’Agence est un établissement public à caractère administratif doté de personnalité juridique et d’une autonomie financière. Elle a démarré ses activités le 24 févier 2004 avec mission de concourir à la création d’emplois pour les jeunes de 15 à 40 ans, en milieu urbain ou rural, résidants ou expatriés. L’établissement doit aussi faciliter leur accès au marché du travail et au crédit. Au cours de la session, les administrateurs ont examiné et amendé le procès-verbal de la précédente session, le rapport d’activités et celui d’exécution du budget de l’année dernière. Ils ont aussi opiné sur le plan d’action de l’exercice 2021.

La session se tient dans un contexte difficile, marqué surtout par une crise sécuritaire toujours préoccupante, la réduction considérable des activités dans la composante «Programme emploi Jeune», la détérioration de la perception de l’image de la structure auprès des partenaires, notamment les fournisseurs et la démotivation des travailleurs de plus en plus inquiets, a rappelé le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.
La pandémie de la Covid-19 a impacté les capacités de travail de l’ensemble de la population, a ajouté le ministre Touré. Pour lui, les actions de l’Agence s’inscrivent dans le cadre de la formation et l’employabilité des jeunes, un facteur décisif afin d’atteindre les objectifs fixés. Pour se faire, le département en charge de l’Emploi a initié des actions en faveur du rétablissement de la taxe emplois-jeunes et d’une mobilisation accrue pour la recherche de ressources, a relevé Mohamed Salia Touré. «Cette vision nous a amené à organiser la 3è Bourse de l’emploi à Bandiagara, la formation des jeunes à Mopti, la dotation des femmes déplacées du centre en kits et d’établir des partenariats pertinents avec des ONG locales», a-t-il expliqué.
Le programme emplois-jeunes (PEJ) représente un engagement des plus hautes autorités à l’endroit de la jeunesse. Les produits promus ont abouti à des résultats probants pour environ 200.000 jeunes. Selon le ministre Touré, il est nécessaire de poursuivre et de renforcer ces acquis par l’organisation des stages de formation professionnelle, la sensibilisation des jeunes pour l’entreprenariat, la reconversion, l’apprentissage, le stage de qualification dans les entreprises privées et les ONG, mais aussi l’organisation de chantiers-écoles et le financement.

Au-delà de ces axes, on peut citer les programmes de développement de l’esprit d’entreprise, les formations à l’entreprenariat, l’appui-conseil aux jeunes entrepreneurs et aux bureaux d’études, le coaching et le financement des projets des jeunes, estimés aujourd’hui à plus de 10.000 Petites et moyennes entreprises ou Petites et moyennes industries PME/PMI, a détaillé le ministre Touré. Il a également expliqué qu’en 2020, l’insuffisance des ressources n’a pas permis l’organisation du programme classique du stage de formation professionnelle dans les structures publiques et parapubliques, les bénéficiaires du précédent programme ayant des arriérés d’allocations. «Il est important de souligner l’atteinte de certains résultats dont le renforcement de l’employabilité de 1.761 jeunes contre 6.500 pour l’exercice écoulé, la réalisation d’activités de formation, de sensibilisation et d’information au profit de 9.936 jeunes», s’est réjoui le ministre. avant d’ajouter que dans le cadre du composant développement de plus de 2.000 jeunes dont 1.406 en kits de démarrage ainsi que le suivi de 1.400 entreprises ».

Le budget de l’APEJ est équilibré en recettes et en dépenses à un peu plus de 6, 5 milliards de Fcfa contre un peu plus de 8,8 milliards de Fcfa en 2020 soit une baisse d’au moins 26,61%. Le ministre a félicité la direction générale de l’APEJ pour avoir pu négocier 12,39% du budget 2021 auprès des partenaires.
Chaque année quelques 300.000 jeunes Maliens arrivent sur le marché de l’emploi. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), 27% des jeunes Maliens entre 15 et 24 ans n’avaient pas d’emploi et n’étaient ni étudiants, ni en formation en 2018. Cette organisation révèle également que 61% des travailleurs sont installés à leur propre compte (auto-emploi) et 64% des personnes actives évoluent dans le secteur de l’agriculture.

Yacouba TRAORÉ

Source : L’ESSOR

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct