Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Accord pour la paix et la réconciliation au Mali : La Médiation internationale s’inquiète de l’impasse sur le processus de mise en œuvre

Au cours d’une réunion virtuelle de la Médiation internationale présidée par l’ambassadeur Boudjema Delmi, président du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger (CSA), les participants ont procédé à une analyse approfondie de la situation, ainsi que des initiatives prises depuis le mois de décembre 2022 pour aider à la reprise du processus de mise en œuvre de l’Accord, notamment les discussions tenues séparément avec les parties maliennes tant à Bamako et à Kidal, au Mali, qu’à Alger, en Algérie.

Les participants se sont réjouis du rôle du chef de file de la Médiation et de l’implication personnelle du président Abdelmajid Tebboune. Aussi, la Médiation internationale a pris acte des préoccupations exprimées par les parties au cours de ces consultations. Dans le même temps, elle a relevé leur attachement à l’Accord de paix, et souligné que celui-ci constitue le cadre le plus viable pour restaurer durablement la paix et la sécurité dans le Nord du Mali et contribuer de façon significative à la stabilisation de la région dans son ensemble.  Dans ce contexte, la Médiation internationale poursuivra ses démarches auprès des parties signataires dans les jours à venir. Ainsi, elle entend leur soumettre des propositions concrètes en vue de relancer et d’accélérer le processus de mise en œuvre, notamment à travers la tenue, le plus rapidement possible, d’une réunion de haut niveau du CSA qui s’accorderait sur des actions prioritaires et concrètes de nature à restaurer la confiance entre les parties et à répondre aux besoins des populations sur le terrain.

La Médiation internationale a aussi réitéré sa ferme conviction que la persistance de l’impasse actuelle est porteuse de graves dangers et qu’aucun effort ne doit être ménagé pour surmonter cette impasse au plus vite. Compte tenu de l’importance des consultations qui ont eu lieu à Bamako, à Kidal et à Alger, la Médiation internationale a émis le souhait d’être reçue, en temps utile, par le président de la Transition, chef de l’Etat, pour lui rendre compte de ces consultations et solliciter ses vues sur la marche à suivre.

La Médiation internationale exhorte à nouveau les parties signataires à s’abstenir de tout acte ou toute déclaration susceptible de remettre en cause les acquis enregistrés dans la mise en œuvre de l’Accord et d’entraver les efforts en cours pour relancer la dynamique de paix.

En outre, la Médiation internationale demande à la Minusma, qui préside la Commission technique de sécurité (CTS), de convoquer, dans les plus brefs délais possibles, une réunion de la CTS pour faire le point de la situation sur le terrain et faciliter l’opérationnalisation du groupe de travail mandaté de réviser les arrangements sécuritaires, dont la mise en place avait été convenue lors de la rencontre de la 54e session ordinaire de la CTS en date du 4 octobre 2022.

Boubacar Païtao

Source: Aujourd’hui-Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct