Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Terreurs contre des maliens de la Diaspora : Le CSDM en croisade contre le HCME

Moins d’une semaine après son point de presse (dimanche 14 Juillet 2019) sur les horribles sévices que vivent nos compatriotes de l’Extérieur, l’information semble ne pas émouvoir certains responsables de notre pays. D’ailleurs elle a permis au Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur de traiter le CSDM de tous les mots, niant totalement les informations sur la situation de nos compatriotes en Algérie, en Mauritanie et en Libye. C’est par l’observation d’une minute de silence, à la mémoire du président du CSDM en Tripoli (Aliou N’Daou), tous les immigrés tombés et tous ceux qui sont morts au centre et au nord de notre pays.

Cette conférence de presse était considérée comme une riposte du csdm à la mesure de l’attaque instiguée, bêtement et spontanément, par Habib Sylla et ses amis en perte de vitesse selon le président Mohamed Chérif Haidara : « S’il y a quelqu’un en manque de légitimité ou de manque résultat, c’est bien le haut conseil des maliens de l’Extérieur. Le HCME n’est qu’une association d’accueil des officiels maliens, une extension de ministères politiques et une machine à caractère électoral », soutient le président du csdm.

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne, toujours méthodique dans ses actions, porteur des aspirations et des signaux de détresse de maliens, injustement et criminellement traités, a semé la panique dans les rangs du haut Conseil des Maliens de l’Extérieur dont la réaction, dans une conférence, a rejeté en bloc les informations livrées par le csdm. Convaincu de sa démarche et des détails apportés, Mohamed Chérif Haidara estime que l’association (CSDM) qu’il préside ne portera jamais des fausses accusations telles que l’a rapporté le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur.

Pour rétablir la vérité par les faits, la conférence a commencé par une projection vidéo retraçant les grandes actions de cette faitière au nom des maliens de l’Extérieur. La conférence d’entente nationale, la crise politique après les élections, le report des législatives, les forums des diasporas et des investissements, autant d’implications et d’actions pour fortifier et faire respecter les « soldats de l’Economie » établis hors du pays.

Le combat actuel du csdm est de faire renaitre le Mali et ses valeurs, rapprocher les acteurs et les positions politiques (Président IBK et chef de file de file de l’opposition), faire représenter la diaspora au sein de l’hémicycle par des choix électoraux de nos compatriotes de l’Étranger entre autre. S’agissant du calvaire des maliens en détresse, M. Haidara pense que c’est une question de responsabilité : « Je suis obligé de jouer mon rôle en tant que 1er secrétaire à l’immigration. Le HCME ne peut pas parler quand le gouvernement se prononce. »

Evoquant les faits inhumains rapportés le 14 juillet dernier, le CSDM enfonce le clos par la précision des circonstances. Il s’agit de violences commises le 4 avril 2019 à 450 km de Tripoli.  Une vidéo d’Alhadath TV attesterait même les ce drame de 120 africains sauvagement égorgés sans qu’on ne sache le nombre de victimes maliennes.

Quelques petites révélations ont accompagné les mises au point visant à clarifier les sornettes développées par le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur, grandement en détresse lui aussi. Les rasions de l’assassinat du représentant du csdm en Libye ont été dévoilées : « Le président Daou avait été contraint de prendre des armes pour combattre, il a refusé, on l’a assassiné pour ça » explique M. Haidara tout en saluant le consul général en Libye qui fait très bien son travail.

S’agissant de l’Algérie, le passage de Tiébilé Dramé aurait permis de noter une certaine baisse de la tension et un sursis des arrestations. C’est d’ailleurs, selon le président du csdm, l’un des arguments que le Ministre Koita lui aurait opposé pour maintenir son voyage aux USA. Pour notre politique extérieure, le président du csdm s’est félicité que ce soit Tiébilé Dramé qui s’en occupe : « C’est l’un des rares ministres à connaitre la question et au regard de sa conviction et de son patriotisme, poursuit M. Haidara, il règlera la question et il redonnera à la Diaspora son honneur.

Dans une vidéo qu’ils ont discrètement tournée, du fond d’une cellule insalubre, des migrants expriment leur détresse, faisant recours nommément au président du CSDM Mohamed Chérif Haidara afin qu’il alerte les autorités maliennes.

Quant au voyage du ministre Koita aux Etats-Unis, le Président du CSDM révèle ceci : « c’est pour préparer le terrain en prélude à une mission, une rencontre des présidents des pays du G5 Sahel prévue en Septembre afin de plaider à l’ONU les causes du G5. Ce n’est pas pour soulager les maliens ou pour les assister. » Certains compatriotes, d’après Mohamed Chérif, exigeraient du ministre Amadou Koitaqu’il lui faudra présenter ses excuses publiques aux maliens qu’il a insultés s’il veut être reçu. Le président Mohamed Chérif a d’ailleurs présenté des excuses à la place du Ministre Koita lors de sa conférence de presse.

L’indignation du csdm est nettement plus visible, au regard des postures de l’OIM et du HCME qui trouvent une certaine fierté dans le rapatriement et dans l’accueil, sous escorte médiatique, de nos compatriotes : « A chaque fois que nous faisons une interpellation et que le Président l’a su, une solution a été trouvée. 3,3 milliards d’Euros constituerait le budget de rapatriement de l’OIM qui est une organisation payée par l’union européenne, pas par le gouvernement malien. L’OIM est une association de service de vente après le désastre » a regretté M. Haïdara

Avant le CSDM, il n’y avait jamais eu d’interpellations de ministres de tutelle. Mieux, le ministère et la commission Affaires étrangères de l’Assemblée n’ont jamais reçu de rapports du HCME. Il y a 24 pays où il y a deux bureaux, où les dossiers sont parfois en justice. Les attaques d’Habib Sylla (George Ngoye), ont été suivies d’une fracassante riposte de Mohamed Chérif Haidara. Il est évident que les positions pourraient fragiliser les deux associations dont le combat devrait être unitaire au bénéfice des maliens établis à l’extérieur. Sans animosité et sans rancune, Mohamed Chérif Haidara affirme : « J’irais présenter mes excuses à mon grand-frère quand il me présentera son certificat de nationalité. »

Même le récent déplacement du chef de l’Etat au Gabon, Habib Sylla n’était pas parti accueilli IBK et il ne l’a pas non plus accompagné. Cela traduit sa déchéance d’un homme dont le bureau se meurt à petits feux. M. Haïdara a ouvertement renvoyé George Ngoye (Habib Sylla) à sa fonction de marionnette dont la légalité et la légitimité marchent inexorablement vers sa chute. Mieux il estime ceci : « Habib Sylla est un gabonais qui est président des maliens de l’Extérieur !»

ABC

Source: Figaro du Mali

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct