Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Prolifération de cabinets médicaux non agréés : une vaste opération de fermeture en gestation à Bamako et environs

A la demande du Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, le département de la Santé et des Affaires Sociales va bientôt dépêcher une mission d’audit de l’ensemble des cabinets médicaux du district de Bamako et environs. But de la manœuvre, déceler les cabinets illégalement installés et de procéder à leur fermeture pure et simple.

 

Dans le cadre de réformes sanitaires engagées par notre pays, les établissements sanitaires privés ont vu le jour. Il s’agissait pour les autorités sanitaires de rapprocher les soins des citoyens. Au fil des ans, la situation s’est détériorée avec la prolifération des cabinets médicaux illégaux. Dans les rues ou ruelles, ces cliniques sont visibles et elles sont plusieurs centaines éparpillées à travers le pays. Malheureusement, rares sont ces établissements sanitaires privés qui disposent d’agréments, qui respectent les normes sanitaires ou qui sont dotées de personnels qualifiés  et des équipements adéquats pour mieux soigner les patients.

Dans les locaux inachevés ou souvent dans des chambres uniques, tous les lieux sont bons pour certains médecins d’installer leurs cabinets médicaux de fortune.

Conformément  aux recommandations des assises nationales sur la table ronde sur la santé, du développement social et de la promotion de la Femme qui se sont tenues du 29 au 31 janvier 2018 au Palais de la Culture de Bamako et aux réformes engagées par les plus hautes autorités, le ministère de la Santé et des Affaires sociales a initié des missions d’inspection  pour faire l’état des lieux de cabinets médicaux à Bamako et environs. Se référant aux conclusions du rapport de ces missions, plusieurs cabinets médicaux ne disposent ni d’agrément, ni de personnels autorisés pour l’exercice de la profession.

Informé du contenu de ce rapport, le Premier ministre, Dr. Boubou Cissé juge l’existence des cabinets médicaux sans autorisation comme de pratiques qui mettent en danger la vie des populations qu’il convient de circonscrire sans délai.

Dans une correspondance, le chef du gouvernement invite le ministre de la Santé et des Affaires sociales de dépêcher une mission d’audit de l’ensemble des cabinets médicaux du district de Bamako  et environs afin de déceler ces cabinets illégalement installés et de procéder à leur fermeture. En clair : une vaste opération de fermeture  n’est donc pas à exclure dans les mois à venir pour assainir le secteur et de mettre la population à l’abri.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct