Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’histoire émouvante de NELSON MANDELA

Après être devenu président, j’ai demandé un jour à certains membres de ma protection rapprochée de se promener avec moi en ville pour déjeuner dans un restaurant.

 

Nous nous sommes assis dans l’un des restaurants du centre-ville et nous avons tous demandé de la nourriture.
Après un moment, le serveur nous a apporté nos demandes, j’ai remarqué qu’il y a quelqu’un assis devant ma table qui attend de la nourriture.
J’ai alors dit à l’un des soldats: Allez demander à cette personne de nous rejoindre avec sa nourriture et de manger avec nous.
Le soldat est allé et a demandé à l’homme ainsi. L’homme a soulevé sa nourriture et s’est assis à mes côtés alors que je demandais et commençais à manger, ses mains tremblaient constamment jusqu’à ce que chacun ait finit de manger et que l’homme s’en aille.

Le soldat m’a dit:
l’homme était apparemment très malade. Ses mains tremblaient pendant qu’il mangeait.

“Non, pas du tout”, dit Mandela. “Cet homme était le gardien de la prison où j’étais emprisonné.
Souvent, après la torture à laquelle j’étais soumis, je criais et demandais un peu d’eau.
Ce même homme venait à chaque fois et urinait sur ma tête à la place . . .

Je l’ai donc trouvé effrayé et tremblant, m’attendant à ce que je lui rende pareil comportenent, du moins de la même manière, soit en le torturant, soit en l’emprisonnant, car je suis maintenant le président de l’État d’Afrique du Sud. . .

Mais ce n’est pas mon caractère ni une partie de mon éthique.

La mentalité de représailles détruit les États tandis que la mentalité de tolérance construit les nations.

African Parure Magazine

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct