Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le président malien se recueille sur les tombes de 37 villageois peuls

Bamako, – Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s’est 
recueilli vendredi sur les tombes des 37 habitants du village peul de Koulogon  (centre) tués le 1er janvier dans une attaque attribuée à des chasseurs  traditionnels dogons, promettant que ce crime ne resterait pas impuni.

“Nous sommes venus vous voir et vous dire que l’Etat malien est à vos
côtés, présenter les condoléances de la nation et vous assurer que ce crime ne
restera pas impuni”, a déclaré M. Keïta aux populations de Koulogon, qui
n’avaient pas été averties de sa visite.

Arrivé en hélicoptère avec des élus locaux et des responsables de l’armée,
le président a “visité le cimetière pour se recueillir sur les tombes des
victimes” et a “donné une enveloppe et des vivres pour les habitants”, a
raconté un notable du village, Souleymane Diallo, joint par l’AFP par
téléphone.

“Nous ne voulons pas que les militaires quittent la zone, parce que les
bandits sont capables de revenir. Nous avons peur pour notre sécurité”, a
ajouté M. Diallo, alors qu’au moins 46 civils ont été tués entre mardi et
mercredi dans des affrontements intercommunautaires au Burkina Faso voisin.

L’attaque de Koulogon a été attribuée par les autorités à des “hommes armés
habillés en tenue de chasseurs traditionnels dozos”, qui prétendent protéger
les Dogons contre les Peuls. Le bilan officiel est de 37 morts, plusieurs
blessés et de nombreuses maisons incendiées.

Sept “suspects” ont été interpellés, ainsi que 24 hommes ayant mené peu
après une attaque dans un village proche, Bobosso, lors d’une opération au
cours de laquelle un “assaillant” a été tué, selon le gouvernement, qui a
annoncé le lancement prochain d’”opérations de grande envergure”.

Une équipe d’enquêteurs de la mission de l’ONU au Mali (Minusma) doit aussi
prochainement se rendre sur place.

La France s’est dite “préoccupée par l’augmentation des meurtres et
violences graves à l’encontre des civils” dans le centre du Mali, où les
violences intercommunautaires ont fait plus de 500 morts civils en 2018, selon
l’ONU.

– L’ONU condamne –

“Je condamne fermement ces attaques contre les civils dans le village de
Koulogon peul et demande à ce que les auteurs puissent en répondre”, a déclaré
Joanne Adamson, représentante spéciale adjointe du secrétaire général des
Nations Unies au Mali.
Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du groupe jihadiste du
prédicateur peul Amadou Koufa, les violences se multiplient entre les Peuls,
traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant
majoritairement l’agriculture. Les Peuls dénoncent des exactions de la part de
groupes de chasseurs, tolérées voire encouragées selon eux au nom de la lutte
contre les jihadistes par les autorités ou l’armée, ce que dément le
gouvernement.
Amadou Koufa a été tué fin novembre dans une opération militaire française
soutenue par l’armée malienne, selon Paris et Bamako.
Le Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maïga, a annoncé fin décembre
l’extension au centre du pays d’un programme de désarmement des milices
d’autodéfense et des combattants jihadistes qui n’a pas donné de résultat
jusqu’à présent.
Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes
jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l’armée face à la
rébellion à dominante touareg, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite
évincée.
Les jihadistes ont été en grande partie chassés du nord du Mali ou
dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la
France, d’une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.
Cependant, les violences jihadistes ont non seulement persisté, mais se
sont propagées vers le centre et le sud du Mali, puis au Burkina Faso et au
Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires.

AFP

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct