Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La base de calcul de la capacité d’accueil d’un bureau de vote par Soumaila CISSE est scientifiquement fausse. Démonstration

Il y a un sérieux problème dans la démonstration présentée par l’équipe de Soumaïla Cissé. Ils estiment qu’il faut en moyenne 2.5 minutes pour voter, soit 150 secondes. OK.

Ils présentent ensuite les résultats de certains bureaux de votes en affirmant qu’il serait matériellement impossible que des personnes votent dans un délai aussi court, d’où la preuve de bourrage d’urnes (après avoir divisée la durée du vote par le nombre de votants).

Ils oublient toutefois quelque chose de crucial : un bureau de vote ne prend pas qu’un seul votant à la fois, mais au contraire peut accueillir plusieurs votants de manière séquentielle, c’est-à-dire à différentes étapes du processus.

Si un bureau de vote n’acceptait qu’une seule personne à la fois, il faudrait en effet 10 minutes pour faire voter 4 personnes (sur la base des 2.5 minutes de temps moyen de vote retenues par l’équipe de Soumaïla Cissé). Et on serait en mesure de s’étonner du temps moyen de vote de certains bureaux.

Seulement ce n’est pas le cas : un bureau de vote peut accueillir plusieurs votants l’un à la suite de l’autre, ce qui augmente sa capacité.

Cet exemple théorique montre qu’en 10 minutes on peut faire voter 16 personnes et non 4 seulement, toujours à raison de 2.5 minutes par votant.

Supposons qu’il faille 30 secondes pour chacune des étapes suivantes : Vérification d’identité => Remise de bulletin de vote => Retrait dans l’isoloir => Dépôt du bulletin dans l’urne => Emargement et sortie du bureau de vote.
Supposons également que chaque électeur se suive dans un intervalle de 30 secondes, voilà ce qui se passe :

– L’électeur A se présente pour vérification de son identité (30 secondes).
– Lorsqu’il va récupérer un bulletin (30 secondes), l’électeur B se présente lui aussi pour vérification de son identité.
– Lorsque A va dans l’isoloir, B prend son bulletin et les assesseurs sont en train de vérifier l’identité d’un troisième électeur C.
– Ainsi de suite.
– Lorsque A a fini de voter au bout de 2.5 minutes, il y a 4 autres électeurs qui le suivent à différentes étapes du processus.

Au bout des 10 minutes, 16 personnes peuvent voter comme suit :

Temps Etape 1 Etape 2 Etape 3 Etape 4 Etape 5 Nombre de

Ecoulé Vérification d’Identité Remise de Bulletin Isoloir Urne Emargement Votants

1 30 sec A
2 1 min B A
3 1’30 sec C B A
4 2 min D C B A
5 2’30 sec E D C B A 1
6 3 min F E D C B 2
7 3’30 sec G F E D C 3
8 4 min H G F E D 4
9 4’30 sec I H G F E 5
10 5 min J I H G F 6
11 5’30 sec K J I H G 7
12 6 min L K J I H 8
13 6’30 sec M L K J I 9
14 7 min N M L K J 10
15 7’30 sec O N M L K 11
16 8 min P O N M L 12
17 8’30 sec Q P O N M 13
18 9 min R Q P O N 14
19 9’30 sec S R Q P O 15
20 10 min T S R Q P 16

Ce qui fait que si on divise la durée du vote (10 minutes, soit 600 secondes) par le nombre de votants (16) comme le fait l’équipe de Soumaïla Cissé, on arrive à la « conclusion » que ces 16 personnes ont un temps moyen de vote de 37.5 secondes (600 / 16), ce qui est faux. Elles ont toutes voté en 2.5 minutes.

Cet exemple est bien sûr théorique, mais néanmoins illustratif des problèmes soulevés par la démonstration de bourrage d’urne par le temps de vote.
Pour mieux comprendre lire le fichier attaché.

Par Stephane Kader Bombote

La rédaction

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct