Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Gilets jaunes : violents incidents en Belgique, 23 gardés à vue

Bruxelles – Des dizaines de personnes ont été interpellées dans la nuit de mercredi à jeudi en Belgique, à la suite de violents incidents près d’un dépôt pétrolier où manifestent depuis une semaine des “gilets jaunes”, des débordements jugés “inacceptables” par le Premier ministre belge.

 

Selon le parquet de Charleroi (sud), 23 personnes ont été placées en garde à vue après ces incidents au dépôt de Feluy, entre Mons et Bruxelles. Une source policière avait évoqué un peu plus tôt plus de 40 interpellations.

Depuis vendredi dernier, ce dépôt pétrolier, géré par le groupe français Total sur la commune de Seneffe (sud), est un des points les plus chauds en Belgique du mouvement lancé en France contre la hausse du prix des carburants.

Les allées et venues de véhicules sur ce dépôt ont régulièrement été bloquées par des gilets jaunes, ainsi que la circulation sur l’autoroute avoisinante, l’E19 qui relie Bruxelles à Mons.

Depuis lundi, ces blocages ont dégénéré en violents incidents une fois la nuit tombée, des débordements imputés par les autorités à des “casseurs” ou des “anarchistes”, agissant pour la plupart cagoulés.

Un camion citerne a été incendié et plusieurs autres poids lourds ont été pillés. Un chauffeur roumain s’est vu contraint d’ouvrir son chargement de chaussures de sport et a été “dévalisé”, selon le parquet de Charleroi.

Les 23 gardés à vue pourraient devoir répondre devant la justice de faits de “vols avec violence”, “rébellion” et “port d’arme prohibée”, a-t-on précisé de même source à l’AFP.

“C’est une violence qui est parfaitement inacceptable. (…) Chacun a le droit d’exprimer une opinion et de manifester mais on n’a pas le droit de le faire dans la violence, de casser”, a commenté de son côté le Premier ministre Charles Michel à la radio Bel-RTL.

Tommy Leclercq, gouverneur de la province du Hainaut, a estimé que la nuit dernière quelque 400 manifestants se trouvaient à Feluy, nécessitant le déploiement de 120 policiers. Parmi eux “il y avait peut-être quatre ou cinq gilets jaunes”, a dit M. Leclercq à la chaîne francophone RTBF. Les autres, selon lui, ne cherchaient qu’à en découdre avec la police.

Lancé en France le week-end dernier, le mouvement des gilets jaunes a essaimé en Wallonie, particulièrement dans le Hainaut, mais pas à Bruxelles ni en Flandre, le nord néerlandophone de la Belgique.

Il s’est traduit en Wallonie par le blocage régulier de dépôts pétroliers, au point de perturber l’approvisionnement des stations-service ou des particuliers qui se chauffent au fioul..

Romandie

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct