Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Comment l’ouest du Mali pourrait devenir une mine d’or pour les terroristes

Une économie minière d’or florissante à Kayes offre aux groupes extrémistes violents l’occasion d’élargir leur effectif et leur portée.
Le 9 avril 2020, des groupes affiliés à al-Qaïda opérant au Sahel ont attaqué un poste de sécurité et de douane sur la route Bamako-Kayes dans la région de Kayes, à l’ouest du Mali. Quatre mois plus tard, le 5 août, des groupes ont attaqué un autre poste situé sur le tronçon Nioro-Kayes.

Ces incidents et d’autres indiquent que la région, qui borde la Guinée, la Mauritanie et le Sénégal, devient de plus en plus un foyer de violence extrémiste. Le 8 février 2021, les autorités sénégalaises ont annoncé qu’elles avaient démantelé une cellule de soutien de katiba Macina, dans la ville frontalière de Kidira, juste de l’autre côté de la frontière de Kayes.

Alors que l’ouest du Mali reste largement hors du radar des efforts de stabilisation, les tendances émergentes suggèrent que des groupes extrémistes violents ont identifié la valeur stratégique de cette région. Avec environ 77% de la production d’ or du Mali , la région de Kayes pourrait être une aubaine pour eux. L’industrie est au cœur de l’économie malienne car elle fournit 75% des revenus d’exportation, 25% du budget du pays et 8% du produit intérieur brut du pays.

Les recherches de l’Institute for Security Studies (ISS) à Kayes montrent des vulnérabilités de longue date liées à l’industrie aurifère que les extrémistes pourraient exploiter – non seulement pour s’implanter dans la région, mais pour s’étendre en Guinée et au Sénégal.

Des recherches antérieures de l’ISS dans la région tri-frontalière du Liptako-Gourma, à cheval au nord du Burkina, au sud du Mali et à l’ouest du Niger, montrent que les groupes opérant au Sahel exploitent déjà l’extraction de l’or. Cela les aide à obtenir les ressources financières, logistiques et opérationnelles nécessaires pour mener des attaques et se maintenir. Ils le font en partie en exploitant le ressentiment populaire, entre autres défis, liés à la gestion gouvernementale du secteur minier. Cela leur permet de recruter de nouveaux membres, d’obtenir le soutien des communautés et d’étendre leur portée opérationnelle.

Malgré la situation de Kayes, les parties prenantes se sont principalement concentrées sur la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent dans les régions du nord et du centre du Mali. Ces régions restent pertinentes, mais l’Occident a également besoin d’une attention urgente.

Indépendamment des efforts de réglementation du gouvernement, la plupart des sites miniers artisanaux de la région continuent de fonctionner illégalement. Le secteur est contrôlé par des chefs traditionnels qui ne sont pas toujours pleinement conscients des stratégies d’implantation des extrémistes violents à travers le contrôle des ressources locales.

L’exploitation artisanale de l’or dans la région est ancrée dans le trafic transfrontalier. Des mineurs traditionnels ont déclaré à ISS Today que des produits chimiques utilisés dans l’exploitation minière (cyanure et mercure) et plusieurs stupéfiants ont été amenés dans la région via des réseaux illégaux opérant depuis le Bénin, le Burkina Faso, le Ghana, le Maroc, le Sénégal et le Togo. Ces réseaux multiples, généralement lâches, pourraient servir de conduits dans le commerce illicite de l’or et aider à financer les extrémistes violents.

Les groupes extrémistes violents utilisent également les tensions sociales et les frustrations liées aux conflits fonciers locaux – un grief qui a formé un terrain fertile pour qu’ils s’implantent ailleurs dans le Sahel. Les communautés locales en veulent au gouvernement pour leur attribution de terres qui, selon elles, contiennent moins de gisements d’or que ceux que l’État donne aux sociétés minières.

Plusieurs sites artisanaux s’ouvrent sur les périmètres des mines industrielles avec l’appui des leaders communautaires. Les mineurs sont souvent expulsés de force par les forces de défense et de sécurité, ce qui entraîne de violents affrontements. Cela a nourri les perceptions de l’État favorisant les sociétés minières industrielles.

Les communautés de la région de Kayes se sentent également négligées et marginalisées. Malgré les riches ressources naturelles de la région et les revenus qui en résultent pour l’économie nationale, les infrastructures sont médiocres et les services sociaux de base rares. Les gouvernements successifs ont fait peu d’investissements dans les routes, la santé, l’éducation et l’approvisionnement en électricité.

Ressentant du ressentiment, les communautés recourent de plus en plus à la violence comme forme de règlement des différends et contestent la légitimité de l’État malien. Des affrontements violents comme le conflit de 2018 à Kéniéba illustrent cette tendance. Une personne est décédée, des bâtiments officiels ont été incendiés et la ville a été laissée paralysée pendant trois jours.

De tels incidents offrent un point d’entrée potentiel pour le recrutement et l’implantation par des groupes extrémistes violents désireux d’élargir leurs rangs. Un jeune habitant de la région a déclaré à ISS Today : «Si les djihadistes viennent à 15 heures et nous offrent [une opportunité] d’exploiter les périmètres de la mine industrielle, nous les rejoindrons à 16 heures».

Pour éviter que ce qui se passe dans le nord et le centre du pays ne se propage, le gouvernement malien et ses partenaires doivent porter une attention particulière à cette zone de l’ouest.

Des recherches préliminaires montrent que cela nécessite de s’attaquer aux déficits de gouvernance et de développement, en particulier le manque de services sociaux de base. Le gouvernement malien devrait impliquer les communautés dès le début du processus d’octroi des permis miniers aux sociétés minières industrielles. Il doit donner la priorité à la négociation dans les situations de conflit par rapport au recours à la force. Et enfin, la collaboration entre les forces de sécurité et de défense et les acteurs communautaires chargés des revues de sécurité des sites miniers artisanaux d’or devrait être renforcée.

Fahiraman Rodrigue Koné, chercheur principal et Nadia Adam, chargée de recherche, ISS Bamako

Source: marocco

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct