Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

RÉVOLUTION DU SECTEUR DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE: Le ministre Mohamed Salia, le punch et la méthode

Ils étaient nombreux, les Maliens, à émettre des doutes sur les compétences de Mohamed Salia Touré, suite à la nomination de ce dernier dans le gouvernement de transition. En deux mois d’exercice, le jeune ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’équipe Ouane a déjoué  tous les pronostics et a même agréablement surpris les sceptiques.

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », écrivait Pierre Corneille dans Le Cid. Cette assertion sied parfaitement au jeune ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Mohamed Salia Touré, il s’agit de lui, est en train de révolutionner le secteur. En effet, après avoir pris la température des différentes structures rattachées à son département, le ministre Touré n’a pas perdu la moindre minute pour dérouler son plan d’actions et sa stratégie. Conséquence : seulement deux mois après sa nomination dans le gouvernement Moctar Ouane, les lignes bougent dans le secteur de l’emploi et de la formation professionnelle. Ce, grâce aux compétences et à une volonté politique affichée de M. Touré qui, de plus en plus, met tout le monde d’accord.

Cette transformation radicale a d’ailleurs amené beaucoup à se raviser sur le compte du jeune ministre qui déborde d’énergie et d’initiatives.  Il importe de souligner au passage qu’il a été sacré meilleur ministre du gouvernement de transition du mois de novembre par ‘’Le Baromètre’’, un outil d’évaluation de performance.

Axes prioritaires

Le ministre Mohamed Salia Touré dit décliner son action, conformément à la feuille de route de la transition, en trois axes. Premièrement, un programme d’urgences. Par cet axe, il s’agit d’exécuter les activités prioritaires et d’urgences, notamment la Bourse de l’emploi ; l’ouverture du centre de formation professionnelle de Sénou ; la rentrée solennelle de la formation professionnelle ; la mobilisation des compétences de la diaspora pour la formation professionnelle ; etc. Le deuxième axe est basé sur la mobilisation des ressources.  Conscient que le Mali traverse un moment difficile de son histoire,  Mohamed Salia Touré a compris que la mobilisation de fonds est un facteur essentiel pour l’atteinte des objectifs ciblés. C’est pourquoi des activités, telle que la table ronde des bailleurs sur la mobilisation des ressources, sont prévues dans son plan d’actions. Le troisième axe et non des moindres consistera à refonder le secteur. Par là, le ministre Touré entend repenser les politiques sur l’emploi et la formation professionnelle, et faire l’état des lieux. C’est dans ce sens qu’il a inscrit en bonne place dans son programme les états généraux de la formation professionnelle.

Cette vision, selon lui, sera implémentée à travers une stratégie de communication adaptée et innovante pour rendre visible et lisible toutes les actions.

Décidé à conduire à terme les projets qu’il a trouvés sur sa table et à mettre en route sa vision pour réduire considérablement le problème de l’emploi des jeunes et la formation professionnelle  au Mali, il s’est fait entourer de collaborateurs jeunes et dynamiques.

Un ministre tout feu tout flamme

La 3ème Bourse de l’emploi et de la formation professionnelle est prévue en principe à la fin de cette semaine, mais la situation actuelle de pandémie de Covid-19 pourrait bouleverser cet agenda. L’évènement sera présidé par le Premier ministre Moctar Ouane. La Bourse de l’emploi est, faut-il le rappeler, un cadre de rencontre entre tous les acteurs évoluant dans le secteur de l’emploi et de la formation professionnelle et les demandeurs d’emploi. Y prennent également part les partenaires techniques et financiers qui se bousculent déjà dans la salle d’attente du ministre Touré.

Pour cette 3ème édition prévue à Bandiagara, des centres de formation ont gracieusement octroyé 510 bourses au ministère, lesquelles bourses seront soumises aux demandeurs. Avant, il a fallu que le ministre Touré réactive les donateurs  qu’il a ensuite mis en confiance en leur renouvelant l’engagement de l’Etat.

Événement phare du département, la Bourse de l’emploi et de la formation professionnelle est une activité que peu de ministres ont pu réaliser. En effet, depuis son initiation en juin 2008, seulement deux éditions ont pu voir le jour. L’organisation de cette troisième édition est donc une prouesse que vient de réaliser Mohamed Salia Touré. C’est donc dire que l’âge importe peu. Le punch, la méthode et une dose de volonté politique suffisent pour faire avancer les choses.

Déjà, dans la concrétisation de sa vision, le dynamique ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle vient de lancer un avis de recrutement. Ceux qui seront retenus seront formés dans le tout nouveau centre de formation professionnelle de Sénou. Un centre flambant neuf, construit et équipé par la Chine, à hauteur de 09 milliards de FCFA. Pour Mohamed S. Touré, il est impensable que ce centre, inauguré en 2018, reste toujours fermé au même moment où 791 000 jeunes sont ni en situation d’éducation, ni en situation de formation, encore moins en situation d’emploi. Il faut, dit-il, impérativement ouvrir ce centre aux jeunes afin qu’ils se forment en menuiserie, en savonnerie, en coupe et couture, etc. Car, explique le ministre Touré, chaque année,  près de 300 000 jeunes atterrissent sur le marché du travail. Pour son ouverture, prévue initialement le 07 janvier 2021, le centre débutera avec un contingent de 100 jeunes dont le recrutement a été lancé pour 4 filières sur 11.

A cœur vaillant, rien d’impossible, dit-on. Ceux qui ont connu et pratiqué  le ministre Mohamed Salia Touré se disent nullement surpris des prouesses en cours dans le secteur de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Selon eux, pour avoir trainé ses bottes dans des organismes internationaux et nationaux, mais surtout pour avoir dirigé le Conseil national des jeunes (CNJ) du Mali, M. Touré a capitalisé une somme d’expérience qui fait de lui un fin stratège. Mieux, l’homme a développé une capacité d’écoute qui est l’une de ses forces.

C’est ainsi dire que sa nomination à la tête du département de l’Emploi et de la Formation professionnelle en période de transition est une chance pour ce secteur stratégique qui, pour sûr, est désormais en pleine mutation.

Harber MAIGA   

Source: Azalaï Express

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct