Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mortalité Maternelle au Mali : Un Hashtag pour dénoncer le phénomène

L’amère nouvelle du décès en couche d’une jeune journaliste talentueuse, Mme Togola Hawa Semega, initiatrice de la Web média Kunafoni, a énormément attristée les influenceuses de la toile au Mali. Plusieurs voies se sont levées pour dénoncer le phénomène de mortalité maternelle surtout en ce 21 siècle.

La disparition de Mme Togola interroge sur le taux de mortalité maternelle dans le pays dont les structures de santé sont confrontées constamment au défi de satisfaction des patients. Depuis, impossible de défilé son fil d’actualité sur le réseau social Facebook sans tomber sur l’image d’une femme enceinte sous la forme de la carte de l’Afrique comme profil post avec le hashtag #lavieestsacrée #Mali.

#Lavieestsacrée est l’initiative de l’Association Jam Dokotoro Médecin de Paix. Il s’agit avant tout pour les responsables de l’Association de dénoncer les violences obstétricales, les mortalités néonatales et maternelles dues aux mauvaises pratiques médicales.

Autre hashtag sur Facebook : #BalanceTonDoc ou #BalanceTonGyneco

Selon les initiatrices, cela contribue à rendre un hommage à Togola Hawa Semega et toutes les femmes qui ont perdus la vie en donnant naissance : « Nous avons noté que nous étions nombreuses à connaitre une personne, sœur, mère, ou cousine, victime d’une erreur médicale, et qui malheureusement ont parfois entrainé la mort de la mère ou de l’enfant voire des deux. Lors d’un live sur notre groupe Facebook composer des femmes, mère de famille, nous avons exhorté nos membres à prendre leur santé en main et de dénoncer les mauvaises pratiques et mauvais médecins pour éviter que d’autres ne tombent dans le même piège. J’ai donc proposé dans un premier temps le hashtag #BalanceTonGynéco et #BalanceTonDoc  nous explique Ina Tall.

Comme beaucoup d’autres, ces nombreuses femmes dénoncent à travers ces outils numériques, la négligence et les mauvais comportements de certains médecins qui concourent à la mort des femmes et enfants lors de la couche. C’est une alerte à l’endroit des autorités et de l’ordre des médecins pour qu’un ménage soit fait.

Les causes de la mortalité maternelle relèves de plusieurs facteurs indiquent les praticiens : « Principalement les hémorragies après l’accouchement, ce qu’on appelle hémorragie du post partum. Il faut y ajouter les embolies pulmonaires et amniotiques. Il y a aussi les complications liées à l’hypertension artérielle. Il y a les infections. Il y a aussi la complication de l’anesthésie pour les césariennes », souligne Dr Amaguiré Saye, gynécologue obstétricien.

Le chef de service de la gynécologie obstétrique en commune 4, souligne aussi qu’il y a des crises qui peuvent survenir pendant l’accouchement représentant les 8% des cas de décès. Selon Dr Amaguiré Saye, 24% des cas de décès ne sont pas liés à la grossesse mais à des complications durant ou après l’accouchement.

                                                                  Dima KONTAO

Source: BamakoNews

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct