Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’UA et la CEDEAO déterminées à restaurer l’intégrité territoriale du Mali

Le Président du Faso, Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, a reçu en audience, le jeudi 8 novembre 2012 à Ouagadougou, le haut représentant de l’Union africaine (UA), chargé de l’opérationnalisation de la Force africaine en attente (FAA) pour la reconquête du Nord-Mali, le général Sékouba Konaté.

Au terme de l’entretien qui a duré une demi-heure, le haut représentant de l’Union africaine (UA), chargé de l’opérationnalisation de la Force africaine en attente (FAA) pour la reconquête du Nord-Mali, le général Sékouba Konaté, a fait une brève déclaration à la presse. « Avec le Président du Faso, Blaise Compaoré, médiateur de la crise malienne, nous avons eu des discussions franches et constructives. L’UA et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont déterminées à trouver une solution à la crise malienne », a lâché l’ancien président par intérim de la République de Guinée Conakry. Et à la question de savoir s’il y aura bientôt une attaque au Nord-Mali, le général Sékouba Konaté s’est montré peu bavard. « Je vous ai dit que l’UA et la CEDEAO sont déterminées à restaurer l’intégrité territoriale du Mali », a-t-il repondu aux journalistes. Les échanges se sont limités à là, puisque le général Sékouba Konaté, accompagné du ministre burkinabè des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, Djibrill Bassolé, a immédiatement quitté le palais de Kosyam, à bord d’un véhicule rutilant. Avant de fouler le sol burkinabè, le haut représentant de l’UA chargé de la FAA a assisté à la réunion de validation du plan d’opération des chefs d’état-major des armées de la CEDEAO pour reconquérir le Nord-Mali, sous occupation islamiste.

Une fois approuvé, indiquent certaines sources, ce plan devra être présenté à un sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la CEDEAO, prévu pour se tenir courant novembre 2012 à Abuja, au Nigeria. Aussi devra-t-il être soumis, par la suite, au Conseil de sécurité de l’ONU, qui en avait fait la demande pour, au plus tard, le 26 novembre 2012. Cela, en vue d’un éventuel feu vert pour le déploiement des troupes africaines au Nord du Mali.

Kader Patrick KARANTAO

SourceSidwaya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct