Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

La fermeture des bases françaises ou le faux départ de la France de notre pays

Lors de la Conférence de presse conjointe qui a suivi le Sommet extraordinaire du G5 Sahel, le président Emmanuel Macron a levé un coin du voile sur ce qui va être désormais le nouveau dispositif français dans le Sahel. Si l’après-Barkhane se dessine en termes de rhétorique? le flou semble persister quant à la permanence française à nos côtés. La France va-t-elle se retirer ou rester à perpétuelle demeure ?
Comme l’a affirmé le président Macron, désormais, la présence militaire française au Sahel s’articulera autour de «2 missions» : «la neutralisation et la désorganisation du haut commandement des 2 organisations ennemies», Al-Qaïda et le groupe Etat islamique (EI), ainsi que «l’appui à la montée en puissance des armées de la région».

Dans le cadre de cette réarticulation du dispositif français, « l’emprise militaire de Niamey », qui accueille les avions de chasse et drones français, sera « musclée ».
Comme souhaité par les anti-français et pro-russes, la France de Macron commencera à fermer des bases dans le nord du Mali d’ici la fin de l’année.
La fermeture des emprises françaises, pour ne pas dire des bases françaises de Kidal, Tessalit et Tombouctou, à en croire le président Emmanuel Macron, sera «achevée d’ici le début de l’année 2022». Quid des bases de Gao, de Ménaka et de Gossi ? Le président français n’en pipe mot. Toutes choses qui ressemblent à un faux départ des forces françaises déployées dans notre pays au grand désarroi des chorales anti-macronniennes et anti-françaises qui donnent de la voix depuis plusieurs années au Mali et à travers toute l’Afrique.
Aussi, il ne s’agit point d’un changement profond de stratégie, mais simplement de rhétorique puisque la France par la voix de Macron se dit résolument engagée dans la lutte contre Daesh et Al-Qaïda. Il ne s’agit en termes stratégique et opérationnel que de ce que Macron a appelé un « décentrement » ; en français africain accessible aux Africains : un déplacement. Déplacement du centre de gravité des priorités stratégiques et des intérêts français de notre pays vers le Niger. En clair, la France ne va nulle part, au contraire, avec son nouvel allié nigérien, elle inaugure une nouvelle ère aussi importante que la précédente à travers la régionalisation de l’intervention, et le recentrement sur la zone des trois frontières.
Plaise à Dieu que le nouveau dispositif français n’entraîne, en plus de la fermeture progressive des bases militaires françaises dans le nord de notre pays, des représailles et des sabotages de tous les efforts que nous avons entrepris et de tous les sacrifices que nous avons consentis jusqu’ici. Toutes choses qui se profilent comme une trahison sur fond d’incompréhension mutuelle. Et ce serait dommage et regrettable pour tout le monde.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : INFO-MATIN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct