Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Industrie : BIENTÔT UNE USINE PHARMACEUTIQUE À KOULIKORO

L’investisseur ghanéen, Samuel Amo Tobbin, a choisi notre pays pour installer sa 2ème usine pharmaceutique qui va coûter plus de 22 milliards de Fcfa. La cité du Méguétan a été choisie par le département de l’Industrie pour abriter cette unité industrielle

Mohamed Ali Ag Ibrahim ministre Developpement industriel visite rencontre investisseur ghaneen samuel amo tobbin

La capitale du Méguetan ne pouvait souhaiter ou rêver mieux. Une usine pharmaceutique de dernière génération offrira bientôt plus de 1000 emplois directs. Ceci est un ouf de soulagement pour la ville ouvrière plongée dans une dure épreuve depuis le rachat en 2005 par le Groupe Tomota de l’Huilerie cotonnière du Mali (HUICOMA) avec toutes les conséquences que l’on sait.
Le choix de la ville par le département en charge du Développement industriel, pour abriter une telle firme se justifie par les avantages comparatifs que représente la cité du Méguetan en terme de développement industriel. En effet, située à une soixantaine de kilomètres à l’est de Bamako, Koulikoro est une vieille cité industrielle. Il faut rappeler qu’à Koulikoro, l’activité économique tournait autour des unités industrielles que comptait la ville comme HUICOMA, la Compagnie malienne de navigation (COMANAV), l’Industrie de constructions navales (INACOM), les Grands Moulins du Mali (GMM), la Briqueterie moderne du Mali. Aujourd’hui, seuls les GMM tournent véritablement. Par ailleurs, la COMANAV a pris récemment possession de deux bateaux neufs. Ces machines permettront de prolonger la saison de navigation.
Il est utile de rappeler que HUICOMA était vitale pour la capitale du Méguetan. Une grande part de l’économie de la ville tournait autour de cette usine qui produisait de l’huile raffinée, commercialisée et consommée partout à travers le pays. Sa fermeture a été ressentie comme un coup dur porté aux multiples bras valides que l’unité employait. Les femmes excellaient dans la transformation des résidus de l’usine en savon qu’elles vendaient un peu partout . L’usine était le principal employeur de la localité. Aujourd’hui, sa fermeture a entraîné la dislocation de nombre de familles, la déperdition scolaire des enfants particulièrement des filles, l’accroissement de la pauvreté, bref la galère généralisée.
Pour redonner espoir aux habitants du Méguetan, le département de l’Industrie a choisi Koulikoro pour guider les potentiels investisseurs industriels. La visite mardi dernier à Koulikoro du ministre du Développement industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim accompagné de son collègue de la Santé, Pr Samba Sow pour présenter le site de la Zone industrielle de Koulikoro à l’investisseur ghanéen, Samuel Amo Tobbin, marque l’adhésion du gouvernement à ce projet. Accueilli dans la capitale du Méguétan par le gouverneur de la région, El Hadj Sékou Coulibaly et une population très enthousiaste, la délégation a visité la Zone industrielle et identifié avec les techniciens le site de la nouvelle firme. Ce qui permit à l’investisseur très émerveillé de découvrir le potentiel foncier de la ville. Ainsi, après cette visite, la délégation a rencontré dans la grande salle de conférence du gouvernorat, les forces vives de la ville.
A cette occasion, l’industriel ghanéen a présenté son entreprise ainsi que ses ambitions pour notre pays. Dans ses explications, l’on retient que le Groupe Tobbinco, installé au Ghana, évolue outre dans le secteur de l’industrie pharmaceutique à travers la firme « Entrance Pharmatical and Recherch Center », mais aussi dans le domaine des finances (Banque et Assurance) ainsi que dans l’industrie alimentaire. « Tobinco Pharmaceuticals Limited (TPL) est actuellement la principale entreprise pharmaceutique au Ghana et assure à elle seule 70 % des médicaments commercialisés et distribués dans le pays. La mission de notre entreprise est de livrer des médicaments plus sûrs, de grande qualité et les produits pharmaceutiques et d’autres produits de santé notamment les antalgiques, les antibiotiques, les antifongiques, les anti malaria, les médicaments de dermatologie, de gastrologie, de diabète, des hypertensives etc. », a-t-il détaillé.
Le patron Samuel Amo Tobbin indiquera que son ambition est de satisfaire les besoins de notre pays en médicaments et au delà de l’aspect économique, le doter en produits pharmaceutiques de grande qualité et diminuer ainsi la dépendance aux importations et autres médicaments de mauvaise qualité et contrefaits. « Notre firme qui verra le jour sera dotée de normes techniques et de technologies de pointe. Il créera plus de 1000 emplois directs », a-t-il annoncé.
Le ministre du Développement industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim, a situé le projet dans la droite ligne du programme de développement du président Ibrahim Boubacar Kéita qui vise une croissance forte, créatrice d’emplois et de richesses, tirée par une industrialisation très performante. « Il s’agit de doter la ville de Koulikoro d’une firme qui pourra résorber le chômage dans la ville. Koulikoro, nous le savons tous, vit le martyr depuis la fermeture de HUICOMA avec ses conséquences socio-économiques incalculables. Cette firme ainsi que d’autres projets industriels en cours créeront des milliers d’emplois pour les Koulikorois », a souligné Mohamed Ali Ag Ibrahim. Il a rassuré le patron du Groupe Tobbinco de la disponibilité et de l’engagement du département à intensifier la lutte contre la fraude, un des goulots d’étranglement du développement industriel.
Pour le ministre de la Santé, Pr Samba Sow, le soulagement est total. Selon lui, en plus de résoudre le problème de l’emploi dans la ville de Koulikoro, l’installation de cette firme répond à une problématique fondamentale pour le pays tout entier. « Les besoins en médicaments de notre pays à 80% dépendent essentiellement de l’extérieur, donc des importations et cela dans des conditions les plus exécrables. D’où tout notre enthousiasme d’accueillir cette firme.
« Nous nous réjouissons surtout de la production de médicaments destinés aux maladies cardiovasculaires, dont l’hypertension, sans oublier la neurologie, l’urologie et plusieurs types d’anti-inflammatoires, d’antibiotiques et de collyres. Déjà, mon département est prêt à délivrer une soixantaine de brevets à la firme pour des médicaments essentiels pour notre pays », a développé le ministre Sow. Tour à tour, le gouverneur, le maire, les représentants de la société civile de Koulikoro ont assuré de leur adhésion à ce projet, tout en saluant et en félicitant l’investisseur pour son accompagnement.
Doussou DJIRÉ

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct