Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Faculté des sciences et techniques de Bamako : le système LMD (Licence Master Doctorat) a du mal à fonctionné

L’Etat du Mali a introduit le système Licence master doctorat (LMD) dans les différentes facultés de la République du Mali tout en écartant la maîtrise et le Diplôme d’étude approfondie (DEA). Mais force est de constater que ce système a du mal à fonctionné correctement. Et pire, la faculté des sciences et technique (FST), l’ex FAST, applique difficilement ce système. D’ailleurs le master tarde à s’ouvrir dans cette faculté.etudiante faculte universite fmpos

Selon un professeur de la Faculté des Sciences et Technique, sous le couvert de l’anonymat, l’Etat, à travers le rectorat de l’Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako, demande aux Professeurs d’ouvrir le master et se désengage en même temps du paiement des salaires ou du moins des heures supplémentaires des professeurs. Selon cette source, l’Etat crée un système et refuse de prendre les charges y afférentes. « Or il y’a des milliers d’étudiants qui ont terminé avec la licence et n’attendent que l’ouverture du master pour pouvoir continuer avec leurs études », indique-t-elle.

La même source a fait savoir que la licence n’était pas professionnelle auparavant, donc les étudiants qui détenaient cette licence ne pouvaient pas faire la fonction publique. A l’en croire, il a fallu des négociations pour que les détenteurs de la licence puissent faire la fonction publique. « Le rectorat demande aux professeurs de préparer les cours.

Et pourtant il ne compte pas assurer les frais que cela occasionne. Les professeurs ont l’obligation de faire six heures par semaines et 12 heures pour les assistants, le reste des heures sont supplémentaires à payer. Il se trouve que les Professeurs et assistants ont déjà épuisé les six  et douze heures de la 1ère  année à la 3ème année (licence).

Et les cours de master sont donc à payer obligatoirement. Mais, l’Etat à travers le rectorat n’entend pas assurer cela. Donc les étudiants sont laissés à leur compte surtout les pauvres. Si non les riches (vieux ou professionnels) souhaitent l’ouverture du master même s’ils payent les frais qui vont dans les millions avec 250 000 FCFA comme frais d’inscription. Ça serait comme un établissement privé or les frais d’inscription doit être 5000 FCFA quand il s’agit d’une faculté publique», souligne notre source.

Avant de signaler que les différentes sections de master qui doivent s’ouvrir à la faculté des sciences et techniques sont trop nombreuses par rapport aux nombre des professeurs. Pour pallier à ce problème, notre source indique qu’il s’agit pour l’Etat d’assurer les charges du master qui demande des recherches et des pratiques dans les laboratoires.

Le Recteur de l’Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako, Pr Adama Diaman Keïta, approché par notre soin, a expliqué que le système LMD est universel et incontournable. Il signalera que les critères d’accès au master sont en cours d’être examinés, mais qu’il ne faut pas se leurrer car les frais d’inscriptions ne seront pas de 5000 FCFA.

Pour lui, dire que l’Etat veut se désengager des charges du master est faux car, dit-il, personne ne peut faire ce master sans l’Etat. Pour preuve, avancera-t-il,  les laboratoires qui seront utilisés par les étudiants qui doivent faire le master, coûtant des millions de FCFA  sont l’œuvre de l’Etat malien. A l’en croire, l’Etat fait de son mieux, c’est aux Professeurs et aux étudiants de contribuer. « Les uns et les autres doivent fournir l’effort pour que le Mali sorte de la médiocrité.

Mais ce n’est pas facile car il y’a un problème budgétaire», a-t-il dit. On se rappelle que certains étudiants décriaient ce système arguant l’insuffisance des professeurs et leurs méconnaissances du système. Du fait que l’Etat a introduit ce système, il lui revient de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de permettre aux étudiants et Professeurs de travailler dans les conditions idoines.

Aguibou Sogodogo & Boubacar S. Traoré

SourceLerepublicainmali

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct